961524-15774182-640-360

Classicos

Deux classicos avaient lieu en Europe, à quelques jours d’intervalle, pour la Coupe nationale. Deux surprises attendues. Les meilleurs moments.

PSG-OM : UNE CLASSE D’ECART

En championnat dimanche soir, le résultat flatteur pour le PSG (2-0) était pourtant trompeur : l’OM a fait le jeu, dominé les statistiques et dominé tout court, sans jamais concrétiser, malgré les efforts de Valbuena, le meilleur marseillais sur la pelouse. Pour autant, les individualités parisiennes talentueuses ont permis sur quelques éclairs, de marquer. Sirigu a réalisé des arrêts de grande classe et peut se targuer d’avoir été le meilleur parisien. Mais mercredi soir, lors de la Coupe de France, c’était une autre histoire : le PSG est passé à la vitesse supérieure. Une vraie détermination à faire le jeu, une équipe plus collective et forcément, avec des joueurs de ce calibre, lorsque la sauce prend, elle prend et les adversaires, eux, ont pris l’eau. Marseille perd 2-0 : ça aurait pu être pire.

BARCELONE-MADRID : LE VENT TOURNE

L’histoire se suit et ne se ressemble pas pour le Real Madrid de Mourinho. Il n’est plus, le temps où l’équipe de la capitale revenait du Camp Nou avec un 5-0 dans l’escarcelle. Le complexe d’infériorité peut-être atténué, l’agressivité également et surtout un Barcelone très à la peine depuis quelques matchs. La défense catalane a pris l’eau et l’attaque manque de Pep(s). Crisitano s’est donc offert son doublé (tant rêvé) et Varane, le jeune défenseur français, a inscrit un but de la tête. Vraiment une autre époque.

Une réflexion au sujet de « Classicos »

  1. Concernant le classico français, une des équipes a vu son effectif en partie renouvelé entre les 2 matchs et l autre pas. Limite entre l envie et la puissance…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *