Lyon en demi-finale de la LDC féminine.

Finale de la Ligue des Champions féminine : Lyon en panne de mordant

Pas de troisième LDC pour les filles de Lyon. Battue à Londres par les allemandes de Wolfsbourg, l’équipe de Patrice Lair a pourtant eu le titre européen à portée de main pendant 73 minutes mais n’aura pas réussi à conclure. Des regrets.

Lyon en demi-finale de la LDC féminine.
Lyon en demi-finale de la LDC féminine.

A un cheveu de réaliser le triplé historique en reportant trois Ligues des Champions de suite, les lyonnaises ont manqué de tranchant dans le dernier geste. La rigueur tactique française aura fait du mal aux allemandes dès les premières minutes du match : un pressing et une capacité à récupérer le ballon très haut ont permis à l’OL d’étouffer Wolfsburg, occupé à ne pas encaisser de but. Car il aurait pu arriver, ce pion : les occasions furent nombreuses pour Elodie Thomis, Amandine Thierry, Camille Abily, Lotta Schellin… Il s’en est fallu d’un cheveu pour trouver le cadre ou battre la gardienne adversaire. En fin de première période, les lyonnaises ont payé la dépense physique, tandis que les allemandes se sont enfin procuré quelques occasions.

La seconde période démarra comme la première : dominée par les lyonnaises. Mais Wolfsburg s’est fait plus entreprenante. A trop laisser passer sa chance, l’OL a fini par la gâcher. Une main de Thomis dans sa surface permit aux allemandes d’ouvrir le score sur penalty. Lousia Necib et ses coéquipières ont relancé leur marche vers l’avant, en vain. Maîtriser n’est pas gagner, même lorsque l’on s’appelle Lyon et que l’on n’a plus perdu depuis mai 2010.

Le trophée retourne donc en Allemagne, qui compte ainsi 7 titres de Champion d’Europe. En faisant preuve de patience et de présence technique, Wolfsburg (vainqueur pour la première fois) a fait le match idéal pour s’adjuger le titre : entre sérieux et technique, les allemandes s’octroient une victoire logique face à des lyonnaises maladroites et incapables de se montrer décisives. Les filles de Jean-Michel Aulas ont laissé passer cette chance historique. Mais malgré cet échec, ces filles-là font déjà partie de l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *