1548541_3_19b2_camille-abily-et-les-francaises-eliminees-par

Les États-Unis mettent fin au rêve français

En demi-finale de la Coupe du Monde féminine, la France s’est inclinée 3 buts à 1 face aux favoris de cette compétition, les Etats-Unis. Alors que les françaises ont globalement dominé le match, les américaines leur ont fait subir, en fin de match, un véritable quart d’heure américain.

Pas de finale pour les françaises. Les filles de Bruno Bini, sélectionneur de l’équipe tricolore, y croyaient dur comme fer. Malheureusement pour elles, l’expérience américaine a pris le dessus sur la rafraîchissante équipe de France. Malgré une entame de match intéressante, l’équipe de France a été très vite cueillie à froid. 9ème minute, la défense tricolore est prise de vitesse par O’Really, qui centre pour Cheney. Loin d’être sonnées, les françaises se créent plusieurs occasions, mais butent sur Solo, la portière américaine, ou sur la barre. Il faut attendre la 55ème minute pour que la France égalise, sur un centre-tir, quelque peu chanceux, de Sonia Bompastor. Dès lors, l’espoir renait.

Alors qu’on se dirige tout droit vers les prolongations, les Etats-Unis reprennent l’avantage, à 8 minutes de la fin, sur une tête de la goleador Wambach. La jeune Alex Morgan, fraîchement entrée en jeu, s’occupe de crucifier l’équipe tricolore, et d’envoyer les Etats-Unis en finale de la Coupe du Monde.

Certes, nombreux observateurs pourront dire que la physionomie du match était en faveur de l’équipe de France. Mais les Etats-Unis ont réussis là où les françaises ont péché : l’efficacité. Véritable tare de la France pendant cette compétition, l’armada offensive a fait preuve d’une pauvreté dans le dernier geste, ou dans la dernière passe. La meneuse de jeu Louisa Necib en est le parfait exemple : pourtant dotée d’un bagage technique au-dessus de la moyenne, ses tergiversations et approximations ont été plus que préjudiciables pour l’équipe française. La défense, qui a été auteur de quelques fautes de concentration n’est pas exempte de tout reproche. A la fois si proche…et si loin de la finale, les françaises n’ont, désormais, que leurs yeux pour pleurer.

http://youtu.be/wKxkl3BiIDk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *