Les parisiens accrochent le Barça

La mine déconfite de Messi hier soir à la 94ème minute du match PSG-Barcelone est toute symbolique. Le club parisien a réalisé un petit exploit en accrochant le nul 2-2 face aux Catalans en huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions. A l’image d’un Matuidi encore monstrueux, le club de la capitale a su tenir tête aux joueurs de Tito Vilanova. Mais une fois l’euphorie rangée au placard, il faut être réaliste : la qualification reste mal engagée et ce malgré l’incertitude qui pèse sur Messi pour le match retour…

 

A la mi-temps du match à 0-1, à part quelques illuminés, peu de gens auraient misé sur un score final de 2-2. Les Parisiens ont pris le match par le bon bout. Ce sont eux qui se créent les plus belles occasions. Dès la 15ème minute, Lavezzi fait trembler le poteau gauche de Valdes, qui s’emploie ensuite à deux reprises sur des frappes puissantes de Pastore et Ibrahimovic. Les Catalans imposent, à leur habitude, une possession de balle outrageuse. Mais c’est bien le Paris Saint-Germain qui se procure les meilleures occasions. Malheureusement pour eux, le génie Dani Alves a eu raison de la défense française : sur une mauvaise relance parisienne après un corner, un extérieur du pied lumineux lance en profondeur Messi, qui n’en demandait pas temps. Frappe croisée et ça fait 0-1 à quelques minutes de la fin de cette première période. Le quatuor offensif Pastore-Lavezzi-Zlatan-Lucas, jusque-là extrêmement dangereux, ne met plus un pied devant l’autre. L’équipe francilienne rejoint les vestiaires avec un goût amer. Elle s’est bien montré la plus dangereuse mais c’est le Barça qui est devant au tableau d’affichage.

Mais surprise : au retour des vestiaires, Fabregas remplace un Léo Messi blessé. Alors que tout le monde s’attendait à voir le rouleau-compresseur espagnol en route après l’ouverture du score, l’espoir renait du côté des parisiens. La seconde période est plus poussive, des deux côtés. Lavezzi et Lucas semblent exténués pour le PSG et le club catalan, sans Messi, semble bafouiller son football. Les entrées de Menez et Verratti vont s’avérer déterminantes pour Paris. Le premier provoque sur le côté gauche tandis que le second remplace au milieu un Beckham transparent pendant ce match. Les Parisiens se procurent à nouveau quelques occasions. Il faut attendre la 79ème minute pour que le Parc des Princes exulte. Sur un coup-franc de Maxwell, Zlatan reprend le ballon après qu’une tête Thiago Silva, encore excellent pendant ce match, a touché le poteau. Il met le ballon au fond des filets d’un Victor Valdes impuissant. Les joueurs espagnols protestent, le joueur suédois était en position de hors-jeu sur cette action. L’arbitre valide le but et permet aux Parisiens d’y croire à nouveau. Des espoirs vite douchés avec un penalty transformé quelques minutes plus tard par Xavi juste avant la fin du temps réglementaire. Les Espagnols explosent de joie, soulagés d’accrocher une victoire qui leur tend les mains à seulement quelques minutes de la fin du match. C’était sans compter sur la persévérance de Blaise Matuidi. Sur une chandelle de Jallet, Zlatan gagne son duel avec Piqué et remet de la poitrine pour le milieu français qui décoche une frappe du gauche, légèrement déviée, qui trompe le portier espagnol, auteur d’une erreur d’appréciation sur cette frappe. Au coup de sifflet final, le banc espagnol tire la mine des mauvais soirs dans un Parc des Princes exalté et euphorique.

Le plus dur reste à faire pour le PSG : empocher la qualification au Camp Nou la semaine prochaine, forteresse quasi-imprenable du FC Barcelone. Quelques motifs d’espoirs : Mascherano est d’ores et déjà forfait tandis que Messi est incertain. Zlatan pourrait très bien tirer son épingle du jeu face à une défense barcelonaise qui s’annonce déjà expérimentale. Du côté parisien,un joueur parisien ne sera pas du déplacement la semaine prochaine, et non des moindres : Blaise Matuidi, suspendu. Carlo Ancelotti pourrait compter sur le retour de Thiago Motta, autre ancien joueur du Barça avec Maxwell et Ibrahimovic. Avec ce score de 2-2, les Barcelonais restent en ballotage favorable, à la faveur des buts inscrits à l’extérieur. Un match nul 0-0 et 1-1 leur suffit pour se qualifier. Les Parisiens seront donc contraints à un nouvel exploit. Mais après la prestation d’hier soir, on peut se dire que tout est possible…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *