Sebastian Kehl / Mezut Ozil

Ligue des Champions : des duels hispano-allemands en demi

Les demi-finales de la Ligue des Champions opposeront deux clubs allemands à deux clubs espagnols. Les cadors de la Liga (Barcelone et le Real Madrid) sont au rendez-vous, sans véritable surprise, et ceux de la Bundesliga également (Bayern Munich et Borussia Dortmund) : un point sur des demi-finales passionnantes.

bayern-munich-barcelone-franck-ribery_full_diapos_large

Barça – Bayern Munich
Une finale avant l’heure : ce Barça-Munich oppose les deux principaux favoris de la LDC. Déjà champion d’Allemagne, l’équipe de Bavière est ultra-dominatrice depuis le début de la saison. Une capacité à presser l’adversaire rare, un effectif dense, des qualités techniques admirables et surtout un pressing et une vitesse d’une grande efficacité : les munichois s’imposent logiquement comme les grands favoris de la compétition. D’autant que l’adversaire barcelonais connaît une période de creux dans son ultra-domination du football mondial. Physiquement, l’effectif catalan n’est pas au mieux : le capitaine Puyol est blessé, Xavi a toujours des problèmes récurrents et l’incertitude plane autour de Messi. En difficulté face au PSG, le Barça n’est pas favori – une fois n’est pas coutume. Reste que la demi-finale aura lieu dans 10 jours, le temps de se reposer alors.

Sebastian Kehl / Mezut Ozil

Real Madrid – Borussia Dortmund
Le Real Madrid de José Mourinho poursuit son petit bonhomme de chemin. Il s’est défait de Galatasaray en quart, sans grande difficulté et pourra compter sur un Cristiano Ronaldo en grande forme. Autre atout : la grande expérience de son effectif, rompu aux matchs internationaux d’importance. Si l’entraineur portugais du Real s’est dit satisfait de ne pas tomber en demi contre le Bayern, les madrilènes devront affronter le solide Borussia Dortmund, outsider étonnant de la compétition.
Les allemands ont fini premiers du groupe de la mort : ce n’est donc pas une surprise de les retrouver à ce niveau de la compétition. 2-2 à Madrid lors de la phase de poule : Dortmund a mûri par rapport à l’an dernier et peut compter sur un collectif fort physiquement et mentalement, capable également de faire tourner le ballon et de belle manière. Un choc qui ne devrait pas manquer d’intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *