Photo prise lors de la Valais Cup 2013 - Match OM-FC Porto. Photo : Clément Bucco-Lechat.wikimedia.cc

Le ras-le-bol des arbitres

Mercredi 19 février, dans un communiqué de presse du Syndicat des Arbitres du Football d’Elite, les arbitres de Ligue 1 et 2 ont fait savoir leur ras-le-bol quant aux comportements de certains joueurs et entraîneurs professionnels. Une situation de tension et un climat de contestation prégnants qui ne sont pas nouveaux.

Photo prise lors de la Valais Cup 2013 - Match OM-FC Porto. Photo : Clément Bucco-Lechat.wikimedia.cc
Photo prise lors de la Valais Cup 2013 – Match OM-FC Porto. Photo : Clément Bucco-Lechat.wikimedia.cc

« Le Syndicat des Arbitres de Football d’Elite (SAFE) tient à marquer son inquiétude quant aux déviances de comportements de joueurs et dirigeants envers les arbitres lors des derniers matchs de Ligue 1 et Ligue 2 » : c’est par ces mots que débute le communiqué de presse du SAFE publié hier, avant de citer les exemples très récents d’accrochages sur ou en dehors des terrains de Ligue 1 et 2 entre joueurs, présidents ou supporters et l’homme en noir.

Les contestations et critiques des décisions arbitrales sont monnaie courante pendant ou après les matchs professionnels. Présidents, joueurs, entraîneurs n’hésitent pas à remettre publiquement en cause les décisions. Les exemples sont nombreux : le 18 janvier dernier, le capitaine lillois Florent Balmont qualifie de « bidon » l’arbitre du match contre l’AS Saint-Etienne ; le 5 mai 2013, Leonardo, alors directeur sportif du PSG, bouscule dans les vestiaires Alexandre Castro qui officiait ce soir-là… Les arbitres dénoncent ces agissements et insistent sur une nécessaire mise en place d’un climat de confiance.

Les hommes en noir en appel à la responsabilité des acteurs du football : pour un meilleur respect des décisions sur le terrain, chacun doit y mettre du sien. Pas facile dans un sport où l’autorité de l’homme en noir est absolue. La loi numéro 5 du football rapporte le rôle et les responsabilités de l’arbitre : « il dispose de toute l’autorité nécessaire pour veiller à l’application des Lois du Jeu dans le cadre du match qu’il est appelé à diriger » et « les décisions de l’arbitre sur les faits en relation avec le jeu sont sans appel ».

L’entreprise de réhabilitation des arbitres sur et autour des terrains professionnels a donc pris un tour nouveau en Ligue 1 et 2, alors même qu’aucun homme en noir de l’Hexagone n’a été sélectionné par la FIFA pour officier lors de la prochaine Coupe du Monde au Brésil. Critiqués pour ne pas être capables de se remettre en cause, les arbitres devront encore rassurer et convaincre. La fin de la tension n’est peut-être pas pour tout de suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *