kasami fulham

Etude de Kasami

Ce weekend, la Premier League a encore été le théâtre de quelques gestes de grande classe. Il y a eu le but de Wilshere samedi avec Arsenal, à la conclusion de redoublements de passes à faire pâlir les admirateurs du tiki-taka barcelonais. Hier, c’est l’ombre de Van Basten qui a plané sur la pelouse de Selhurst Park. Alors que Fulham est mené 1-0, Pajtim Kasami décide de faire parler la poudre et marque un but qui fait déjà le tour de la toile, de YouTube à Videa.hu.

kasami fulham

« C’était mieux que ce que vous pensez. Il a contrôlé le ballon de la poitrine et l’a envoyé dans la lucarne opposée. Le but de Marco [Van Basten] est bien différent. Vous ne pouvez pas comparer les deux buts mais celui de Kasami est plus beau ». En maniant la contradiction à son paroxysme, l’entraîneur de Fulham, Martin Jol, ne tarit pas d’éloges à l’égard du milieu suisse. On peut comprendre son enthousiasme. Kasami a inscrit hier le genre de buts que l’on voit que trop rarement. Exit les frappes écrasées et les CSC. A la 19ème minute de jeu, le Suisse, sur une passe en profondeur de Sascha Riether, s’emmène le ballon de la poitrine à l’intérieur de la surface puis crucifie le gardien adverse d’une sublime volée qui échoue dans le petit filet opposé. Le tout du coin extérieur droit de la surface de réparation. En l’espace de quelques secondes, le Suisse sort de son anonymat pour sauver son entraîneur d’une éviction qui semblait inéluctable.

Originellement cantonné à un rôle de milieu défensif pouvant même dépanner en défense centrale, Kasami a su étoffer son volume de jeu au fil du temps pour jouer un cran au-dessus sur le terrain. Rompu au championnat britannique, le Suisse semble désormais posséder toutes les qualités d’un joueur polyvalent. Au point d’inscrire ce magnifique but du pied droit, lui le gaucher de formation.

Et pourtant, Kasami a eu une formation pour le moins chaotique. A seulement 21 ans, le Suisse a déjà un pedigree digne des plus grands bourlingueurs. Quel joueur peut se targuer, à seulement 16 ans, d’avoir déjà évolué dans trois équipes comme le Grasshopper, Liverpool et la Lazio ? Joueur ardemment courtisé donc dès son plus jeune âge… Et pour cause, il fait partie de cette génération suisse, vainqueur de la Coupe du Monde U17 2009 en compagnie des Seferović, Xhaka et Rodriguez.

kasami u17

Comment expliquer alors qu’il ait autant voyagé à un si jeu âge ? La faute sans doute à quelques péchés de jeunesse. A la Lazio par exemple où il privilégiait l’école buissonnière aux terrains d’entraînements italiens. Conséquence, le club romain le libère et c’est finalement au Bellinzone, modeste club helvétique, que Kasami fait ses débuts professionnels en janvier 2010. Il n’y restera que six mois : il est aussitôt acheté par Palerme, toujours friand de joueurs jeunes et prometteurs. L’occasion pour lui de se frotter aux joutes européennes en Europa League avec plusieurs titularisations à la clé. Mais là encore, il a la bougeotte. Après seulement un an passé en Sicile et 20 petites apparitions, il est acheté par Fulham en 2011 et garni ainsi le contingent suisse, déjà composé de Senderos et Frei.

Pour sa première saison à Londres, le jeune suisse doit se contenter de quelques entrées en fin de matches. Difficile de se faire une place au milieu des Dempsey, Dembélé ou encore  Murphy. Il est donc prêté en cours de saison suivante à Lucerne pour engranger du temps de jeu. Pari gagnant pour Fulham : l’été dernier, le joueur revient en pleine possession de ses moyens pour enfin jouer les premiers rôles au sein de l’équipe londonienne. Depuis son but victorieux inscrit sur la pelouse de Sunderland lors de la première journée de championnat, Kasami ne quitte plus le onze de départ, avec 7 titularisations en 8 journées. Devenu un pion essentiel, le jeune milieu a même connu les joies de la sélection nationale, lors de la victoire face à la Slovénie le 15 octobre dernier. Qualifiée pour la prochaine Coupe du Monde, la Suisse sera sans aucun doute l’un des épouvantails en juin prochain. Mais le voyage au Brésil se fera sans doute sans lui, tant le milieu de sélection nationale est fourni. En attendant, il se contentera peut-être d’un transfert chez un grand. Certains l’envoient déjà vers la Juventus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *