Ligue des Champions : Chelsea, Real Madrid, Atlético Madrid et Bayern Munich en demi-finales

Alors que le Real Madrid et le Bayern Munich étaient attendus, Chelsea et l’Atlético Madrid créent une petite surprise en se qualifiant pour les demi-finales de la Ligue des Champions. Au-delà de belles performances collectives, c’est surtout la victoire de 4 entraîneurs de grande classe.

Chelsea : la patte « Mourinho »

Le PSG avait l’avantage grâce à sa victoire 3-1 au match aller. Mais c’était mal connaître Mourinho que d’enterrer Chelsea rapidement : « le special one » a éliminé, presque à lui seul, l’équipe parisienne.
La veille du match, l’entraîneur portugais aurait – selon les déclarations de Samuel Eto’o, l’attaquant de l’équipe londonienne – mis les joueurs dans des situations précises sur le terrain en fonction des scénarios possibles de match : si l’équipe est menée 1-0, 2-0, si l’équipe mène, etc… Chelsea a terminé le match avec trois attaquants en menant 1-0 . Demba Ba inscrit à la 88ème minute le but qui qualifie les Blues. Mourinho n’a jamais perdu de quarts de finale de LDC. Quand même.

Real Madrid : Ancelotti tranquillement

Le Borussia Dortmund a gagné le match retour 2-0 face au Real Madrid, mais cela n’a pas suffit. Les joueurs de Carlo Ancelotti se qualifient tranquillement pour les demi-finales de LDC. L’objectif du Real n’est pas d’être finaliste : il s’agit de remporter la plus prestigieuse compétition européenne, qui lui échappe depuis 2002. La Maison Blanche poursuit son petit bonhomme de chemin en Ligue des Champions, sans avoir été véritablement inquiétée par une équipe de Dortmund décimée par les blessures et loin de son niveau de la saison précédente. Les choses sérieuses commencent véritablement pour des joueurs madrilènes en pleine forme : Bale, Ronaldo, Benzema sont intraitables en attaque. C’est le moment pour l’entraîneur italien de faire parler toute son expérience, lui qui a remporté la Ligue des Champions en 2003 et 2007 avec le Milan AC. Le meilleur est à venir.

Atlético Madrid : la surprise de Diego Simeone

Peu nombreux étaient ceux à donner l’Atlético Madrid favori face au FC Barcelone. Pourtant, l’autre équipe de Madrid a sorti le Barça de Messi, Xavi, Inesta et Neymar en quart de Ligue des Champions. Ce que fait l’Atlético de Diego Simeone, l’entraîneur argentin, cette année est remarquable : en tête de Liga avec un point d’avance sur le Real Madrid, il n’a pas perdu contre Barcelone cette saison et s’offre le luxe de se qualifier pour les demi-finales de Ligue des Champions, une première pour le club espagnol depuis 40 ans. Une mise en place et une rigueur tactique, des joueurs techniques et physiques, le mental à la hauteur : l’air de rien, l’équipe espagnole de l’année pourrait bien être l’Atlético Madrid.

Bayern Munich : Guardiola au rendez-vous

Le FC Barcelone n’est plus : Guardiola, lui est au rendez-vous en demi-finale avec le Bayern Munich. Déjà sacré champion d’Allemagne, l’équipe bavaroise incarne la force tranquille : sans briller lors du match aller contre Manchester United (1-1), les joueurs de Guardiola se sont réveillés après le but – à-la-Roberto-Carlos – de Patrice Evra : 3 pions inscrits en 17 minutes, histoire de rappeler qui est le patron. Difficile d’imaginer une équipe en Europe capable de battre le Bayern Munich, même si les performances sont en demi-teinte depuis quelques semaines. La machine à gagner sera tout de même difficile à faire dérayer.

Ligue 1 : ça sent la fin

Les choses se précisent en Ligue 1, à 6 journées de la fin de la saison : retour sur un week-end de championnat décisif pour le classement final.

La fin du duel pour la 1ère place

Monaco regarde dans le rétro, à défaut de lorgner sur la 1ère place, promise au PSG. 13 points d’avance pour les parisiens, quasi-champions et surtout hyper-tranquilles. Après leur victoire 3-0 contre Reims ce week-end, aucune équipe n’a les moyens d’aller leur disputer la victoire finale.

Monaco, 2ème de Ligue 1, devance Lille de 6 points, grâce à sa victoire contre Nantes, pas déméritante, mais inefficace devant le but. Les joueurs de Ranieri s’accrochent à la place qualificative pour la Ligue des Champions. Lille peut encore revenir, mais il faudra faire un sans-faute et attendre un faux pas monégasque.

La 3ème place, très convoitée

Même si le LOSC est toujours le mieux positionné, notamment grâce à 5 points d’avance sur Saint-Etienne et 9 sur Lyon, il n’est toujours pas assuré de terminer 3ème. Aux joueurs de Girard d’enchaîner des performances régulières jusqu’à la fin de la saison : c’est dans les cordes de l’effectif lillois.

La fin de saison sera donc compliquée pour les Verts de Galtier, incapables de faire mieux que le match nul contre Nice ce week-end, alors même qu’ils restaient sur une belle victoire dans le derby contre Lyon la semaine dernière. C’est l’histoire de Sainté : louper la marche dès qu’elle se rapproche.

L’OL ne démérite pas : après la défaite contre la Juventus Turin en Europa League, les joueurs de Garde ont trouvé l’énergie nécessaire pour aller gagner à l’extérieur contre Valenciennes qui lutte pour le maintien. 100ème but de Gomis en Ligue 1, 20 buts cette saison : pas si mal pour un joueur si critiqué à Lyon.

Pour autant, l’OL est loin de Lille et de la 3ème place. Reste la 4ème place à se disputer avec les Verts, ou la 5ème place, à protéger de l’OM, qui malgré la crise omniprésente dans le club phocéen, n’est qu’à 3 petits points, grâce à une victoire ce week-end contre le déjà-relégué AC Ajaccio.

En bas du classement, les jeux sont (presque) faits

L’AC Ajaccio a été le premier relégué cette saison : Ravanelli n’est pas parvenu à s’imposer comme coach et n’a obtenu aucun résultat avec le groupe corse. En roues libres depuis quelques mois avec 19 petits points au compteur, Ajaccio termine tranquillement la saison.

Il y a du mieux à Sochaux depuis l’arrivée d’Hervé Renard. Plus d’envie, de motivation et de résultats. Malgré tout, l’équipe compte 8 points de retard sur Evian TG et l’En-Avant Guingamp, les premiers non-reléguables. Auteurs d’un match nul contre Bastia ce week-end, les joueurs vont devoir absolument enchaîner les victoires, contre le PSG notamment et Evian TG lors de la dernière journée. Une petite finale.

Valenciennes, avec 29 points à 6 longueurs d’Evian TG n’est pas encore en Ligue 2. Mais la dynamique n’est pas bonne et les joueurs ne parviennent pas à sortir la tête de l’eau. La défaite à domicile de ce week-end contre Lyon n’arrangera rien.

Droits TV : la LFP et Canal + font affaires

Les candidats à l’acquisition des droits TV de la Ligue 1 et 2 pour la période 2016-2020 ont répondu à l’appel d’offre mercredi 2 avril dernier : Orange, l’Equipe, Eurosport et les deux gros  : Canal + et beIn Sports. La LFP a rendu sa décision ce vendredi 4 avril 2014. Et le gagnant est…

Ligue-1

… Canal +. La chaîne cryptée remporte la meilleure offre, elle qui contestait la mise en vente anticipée il y a quelques semaines. La LFP avait réparti les droits TV à vendre en 5 lots : elle obtient les lots numéro 1 et 2, pour une somme annoncée autour de 550 millions d’euros. Canal + diffusera trois matchs en direct par journée de championnat – les trois plus importants – et conservera également ces deux magazines hebdomadaires : Jour de foot et le Canal Football Club.

La chaîne cryptée remporte donc une bataille dans sa guerre avec la chaîne qatari concernant les droits TV sportifs. BeIn Sports obtient les lots 3 à 6 mis en vente par la LFP et devrait se positionner prochainement concernant les droits pour la période 2015-2018 de l’UEFA.

La LFP devrait ainsi empocher 748,5 millions d’euros, un record

Soucieuse d’obtenir la somme maximale pour les clubs de Ligue 1 et Ligue 2, la LFP souhaitait, en avançant la vente des droits TV, profiter de la guerre entre Canal + et beIn Sports pour faire monter les enchères et ainsi concurrencer les championnats européens majeurs dont les droits de diffusion s’achètent à prix d’or : 750 millions en Espagne, 675 en Allemagne, 960 millions en Italie et 1,7 milliards en Angleterre.

En dernière position avec ces 607 millions d’euros, la France était en reste. Mais les performances parisiennes en Ligue des Champions et l’arrivée de joueurs vedettes au PSG et à Monaco ont ravivé les intérêts des diffuseurs. La LFP devrait donc cette fois-ci empocher 748,5 millions d’euros, un record.

Europa League : la Juventus Turin s’impose à Lyon

L’équipe italienne a remporté son quart de finale aller contre l’OL au stade Gerland sur le score de 0-1. Inscrit en fin de match, ce but permet à la Juve d’envisager sérieusement une qualification pour les demi-finales de l’Europa League. Lyon, malgré la défaite, n’a pas démérité.

Photo : twicepix.flickr.cc
Photo : twicepix.flickr.cc

Jusqu’à la 85ème minute, les joueurs de l’OL tenaient le match nul, et pouvaient même espérer inscrire un but en fin de rencontre. Car des occasions, il y en a eu pour les lyonnais – concentrés, impliqués et motivés. Sans Grenier et Gourcuff, blessés, l’OL est parvenu à taquiner le Champion en titre de Série A et probable vainqueur encore cette saison : Buffon a dû sortir quelques beaux arrêts au cours de la rencontre.

Mais l’équipe lyonnaise n’a pas cette année un banc taillé pour mener de front championnat et Coupe d’Europe. Les blessés qui s’accumulent n’arrangent rien. Certes, les jeunes joueurs issus du centre de formation – nombreux cette saison – montrent des choses prometteuses, mais leur niveau est insuffisant à ce stade de la compétition européenne.

Pourtant, la Juventus Turin a montré des signes de fatigue et la tâche s’est avérée moins évidente que prévue. Les joueurs d’Antonio Conte n’ont pas pu appuyer sur l’accélérateur pour emballer le rythme du match et prendre rapidement l’ascendant sur l’équipe lyonnaise. C’est une équipe italienne en demi-teinte – mais une équipe solide quand même – qui a dû patienter jusqu’à la 85ème minute pour inscrire le but sur un corner cafouillé par la défense de l’OL.

La Juventus a « fait le boulot ». Grâce à cette victoire, nul doute qu’elle se qualifiera pour les demi-finales lors du match retour chez elle, malgré un Lyon volontaire.

Sacré Samuel Eto’o

Samuel Eto'o sous le maillot de l'Inter Milan. Photo : Steindy.commons.wikimedia.org.cc
Samuel Eto’o sous le maillot de l’Inter Milan. Photo : Steindy.flickr.cc

Samuel Eto’o parle de lui à la 3ème personne et ne tarit pas d’éloges à son sujet. Il est l’un des meilleurs attaquants du monde mais n’a jamais brillé par sa modestie, comme il a pu briller par son talent et ses performances dans les clubs où il a joué. Sa dernière sortie au sujet de Guardiola est à l’image des déclarations qui ont ponctué sa carrière. Florilège.

« J’ai rappelé à Guardiola quand il est arrivé qu’il avait été un bon joueur et pas un grand joueur »
Dans l’émission Club du dimanche diffusée sur beINsports dimanche 23 mars 2013, l’attaquant camerounais parle de ses relations avec l’ancien entraîneur du FC Barcelone. Sans tabou.

[Interview beIN SPORTS] Quand Samuel Eto’o… par beINSPORTS

« Pour me perturber, il en faut plus… Je suis Samuel Eto’o »
Alors qu’il se sait suivi et filmé par une caméra de Canal +, José Mourinho remet en cause l’âge et les qualités du joueur. Histoire de piquer un peu l’attaquant qu’il connaît bien après leur passage commun à l’Inter Milan. Réponse de l’intéressé.

« Je parlerai à votre patron »
Après une défaite des Lions du Cameroun contre le Sénégal, Samuel Eto’o s’en prend directement à un journaliste. Menaces en prime.

« Anzhi a fait une offre à la hauteur de mon talent »
Samuel Eto’o signe en 2011 à l’Anzhi Makhachkala, un club russe dirigé par un milliardaire. Le transfert est estimé à 27 millions d’euros pour un contrat de trois ans. Il signe un contrat qui lui rapporte 20,5 millions d’euros par an et devient alors le joueur de football le mieux payé du monde. Sans complexe.


Bonus Track :

Parce que, quand même, Eto’o, c’est la classe.