Archives par mot-clé : Australie

Droits télé : on n’est jamais mieux servi que par soi-même

camera

Pas besoin de Canal Plus, BeInSport ou Sky : un irlandais qui vit en Australie, supporter de l’équipe nationale de football irlandaise, a décidé d’acheter les droits télé pour le prochain match de qualification de l’Irlande pour le Mondial 2014. Les matches de qualification n’ont pas été diffusés en Australie et le supporter ne se laisse plus faire : il a convaincu sa femme, a hypothéqué sa maison, s’est renseigné sur la démarche et a fait une offre au groupe de média allemand qui détient les droits de diffusion. Proposition acceptée et culot récompensé ?

Le match Irlande-Suède qui aura lieu le 6 septembre 2013 sera diffusé en circuit fermé, via un nombre limité de sites Internet, en partenariat avec une chaîne d’équitation. Il a également obtenu les droits de diffusion d’Ukraine-Angleterre le 10 septembre prochain. Et s’il y avait quelques retombées financières à venir ? A suivre. (Avec Reuters)

Coupe du Monde 2010 : les qualifiés pour les huitièmes

On connaît les qualifiés pour les huitièmes de finale de la première Coupe du monde de l’histoire sur le continent africain. A mi-parcours, le constat est là : l’édition 2010 restera dans les annales à plus d’un titre. Des évidences, certes ; de grosses surprises, surtout.

L’AMERIQUE CONQUERANTE

La joie des joueurs des USA après leur victoire contre l'Algérie. Photo : jasonwhat.flickr.cc
La joie des joueurs des USA après leur victoire contre l’Algérie. Photo : jasonwhat.flickr.cc

C’est simple : à part le Honduras, toutes les équipes du continent américain engagées seront en huitième. Des favoris (Argentine, Brésil) aux outsiders (Uruguay, Mexique, Paraguay, Chili et Etats-Unis), elles seront toute là. Comme un message pour l’Europe des stars, c’est, outre un savoir technique et tactique maîtrisé, leur collectif solidaire qui les aura amenées là, parfois sur le fil du rasoir et avec difficultés. L’Argentine tient son rang et son jeu est certainement le plus léché et agréable. Le Brésil un peu moins serein que prévu se qualifie sans trop forcer. Au courage pour les autres, le continent américain sera dignement représenté…

L’AFRIQUE A LA RAMASSE

Sur 6 équipes africaines engagées, une seule est parvenue à se qualifier pour les huitièmes de finale. Le continent attendait beaucoup de ses sélections emmenées par des stars mondiales. Pas de miracle pour la Côte d’Ivoire de Drogba et le Cameroun de Samuel Eto’o. Fin du Mondial. Faible techniquement, le Nigéria a tout bonnement déçu et l’Algérie, inexpérimentée, n’a pas réussi à réitérer les exploits de la qualification. Enfin l’Afrique du Sud, malgré le soutien de son peuple et des vuvuzélas, est la première équipe hôte à ne pas atteindre les huitièmes. Les Bafanas-Bafanas ont tout de même terminé leur Mondial sur une victoire contre la France. Dans un groupe serré, le Ghana se qualifie grâce à une victoire contre la Serbie, un match nul contre l’Australie et une défaite contre l’Allemagne. Les sélections africaines doivent revoir leurs copies.

L’EUROPE A BOUT DE SOUFFLE

14 sélections européennes engagées, 6 qualifiées, dans la difficulté. Fatigue des joueurs, suffisance, système de jeu trop connu et facile à contrer : il y a des raisons. L’Angleterre de Capello se qualifie dans la douleur. La presse anglaise avait pourtant titré au lendemain du tirage au sort « EASY », qualificatif attribué au groupe réunissant l’Algérie, la Slovénie et les Etats-Unis. Confiance, supériorité… L’Allemagne commence en trombe en infligeant un 4-1 indiscutable à l’Australie. Mais contre les Serbes, médiocres, la Nazional Manschaft ne peut même accrocher le match nul. Il faut une courte victoire contre le Ghana pour permettre à l’Allemagne de rejoindre les huitièmes, non sans mal. Le premier match de l’Espagne fit l’effet d’une bombe : la Roja défaite contre la Suisse, par le plus petit des écarts. Un jeu parfois stéréotypé de la sélection que les observateurs voient déjà championne du Monde : passe courte en une touche de balle, qui n’est pas sans rappeler le Barça. Comme un symbole, la Suisse se la joue Inter de Milan, ultra-défensive, ultra-disciplinée, laissant le ballon aux espagnols, attendant le contre. Un coup de tonnerre pour les joueurs ibériques, arrivés sur la pelouse pleins de certitude. Les hommes de Vicente del Bosque se reprennent et se qualifient pour les huitièmes. Rassurés, pour l’instant. Ce fut plus simple pour les Pays-Bas et le Portugal. Les Hollandais assument pour l’instant leur statut de favori, assurés dès le deuxième match de poursuivre la compétition. Dans le groupe de la mort, le Portugal fait jeu égal avec le Brésil, tient en échec la Côte d’Ivoire et lamine, 7-0, la Corée du Nord. La Slovaquie élimine l’Italie. Plus faible techniquement et individuellement, le collectif et la solidarité de cette petite équipe auront eu raison du Champion du monde en titre.
Out donc France, Italie, Serbie, Danemark, Grèce, Slovénie, Suisse. Pour les trois derniers, c’était prévisible. En revanche, les finalistes de la dernière édition auront brillé par leur médiocrité et la France aura éclaboussé le monde d’un ridicule qui restera dans l’histoire de la Coupe du monde, autant sur le terrain qu’en dehors.
France et Italie, les meilleurs ennemis, ne se qualifient pas dans les deux groupes les plus faibles du Mondial. Le séjour en terre africaine n’aura pas duré bien longtemps. C’est décevant également pour la Serbie – qualifiée pour le Mondial sans passer par les barrages – que les observateurs annonçaient plus forte que ce qu’elle a montré. Aurait pu mieux faire.

L’ASIE ETONNE

Match opposant l'Argentine et la Corée du Sud. La Corée du Sud se qualifie pour les huitièmes de finale. Photo : DundasFootballClub.flickr.cc
Match opposant l’Argentine et la Corée du Sud. La Corée du Sud se qualifie pour les huitièmes de finale.
Photo : DundasFootballClub.flickr.cc

Rigoureuses, disciplinées et solidaires : les équipes asiatiques sont en progrès, incontestablement. Petits gabarits techniques et gros collectifs, elles n’ont pas loupé le rendez-vous africain. 3 sélections engagées, 2 qualifiées. Bon score. La Corée du Sud se qualifie en huitième, dans un groupe loin d’être évident (Argentine, Nigéria, Grèce). Le Japon, considéré comme le plus faible de sa poule au début de la compétition s’octroie une place en huitième, laissant Danemark et Cameroun sur place. Rien que ça. La Corée du Nord rentre au pays, après une grosse défaite contre le Portugal, mais aura eu le mérite d’accrocher les quintuples champions du monde brésiliens. Rien que ça.

LES EQUIPES SURPRISES

Soyons sport et classe – en ces temps tourmentés, ce n’est pas si courant – et saluons la performance de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie. Le football n’y est pas un sport national. Pourtant, pour elles, le Mondial est bon : la Nouvelle-Zélande n’a pas perdu un match et l’Australie s’est même offerte le luxe de battre la Serbie et de faire jeu égal avec le Ghana.

Coupes du Monde : la long story / les années 2000

Pour la première édition en Asie, les magiciens brésiliens enlèvent le trophée lors du Mondial 2002, grâce notamment à un Ronaldo en état de grâce. L’Italie s’adjuge le titre suprême à Berlin en 2006, face à la France, après une finale épique, lors de laquelle eut lieu le coup de tête le plus célèbre de l’histoire du football.

Corée – Japon 2002 : Le Brésil de Ronaldo reprend ses droits (31 mai – 30 juin 2002)

Equipes présentes : Argentine, Brésil, Uruguay et Paraguay, Costa Rica, Mexique, Etats-Unis, Cameroun, Nigéria, Afrique du Sud, Tunisie, Arabie Saoudite, Corée du Sud, Belgique, Danemark, Allemagne, Angleterre, France, République d’Irlande, Italie, Croatie, Pologne, Portugal, Russie, Suède, Slovénie, Espagne et Turquie.

Pour la première fois de l’histoire, l’organisation du Mondial est confiée à deux pays conjointement et se déroule sur le continent asiatique. De nouvelles nations font leur entrée dans la compétition : l’Equateur, la Chine, la Slovénie et le Sénégal.
Championne du Monde en titre, la France ne marque aucun but, ne prend aucun point. C’est la pire performance réalisée par un champion du Monde sortant. Zinédine Zidane ne participe pas au premier match contre le Sénégal, perdu par les Bleus. Contre le Paraguay, les français ne peuvent faire mieux qu’un match nul. Une défaite contre le Danemark lors du dernier match des poules met fin aux minces espoirs des Bleus.
La grosse surprise vient de la Corée du Sud et des Etats-Unis qui se qualifient aux dépens du Portugal, favori, et de la Pologne. Si les Etats-Unis sont stoppés en quart de finale par l’Allemagne, future finaliste, la Corée du Sud boostée par son public réalise un parcours inattendu. L’équipe surprise d’Asie bat l’Italie en huitième, l’Espagne en quart. L’Allemagne met fin à cette dynamique de victoire. Des soupçons pèsent sur la neutralité de l’arbitrage qui permit à la Corée du Sud d’atteindre les demis. Des actions litigieuses contre le Portugal, l’Italie ou l’Espagne auraient bénéficié à la Corée du Sud.
L’Angleterre sort du groupe de la mort (Suède, Argentine et Nigéria) mais est stoppée par le Brésil en quart de finale. L’Argentine ne se qualifie pas pour les huitièmes.
La Seleção élimine la Belgique – avec l’aide d’un « coup de pouce » de l’arbitre qui refuse aux Belges un but valable – puis l’Angleterre et retrouve en finale l’Allemagne qui doit faire sans son meneur de jeu et buteur Michael Ballack. Ronaldo marque à deux reprises dans la seconde mi-temps (le premier sur une erreur du gardien Oliver Kahn) et devient le meilleur buteur de l’histoire du tournoi avec 16 buts, devant l’allemand Gerd Müller. Le capitaine de la Seleção, Cafu est le seul joueur à disputer trois finales successives. Le Brésil remporte sa cinquième coupe du monde.

Allemagne 2006 : Le Sommermächen de la Squadra Azzura (9 juin – 9 juillet 2006)

Equipes présentes : Costa Rica, Etats-Unis, Mexique, Argentine, Brésil, Equateur, Paraguay, Allemagne, Angleterre, Croatie, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Serbie-et-Monténégro, Suède, Tunisie, Arabie Saoudite, Corée du Sud, Iran, Japon et Australie.

La Coupe du Monde de la FIFA retrouve le continent européen. Le président du comité d’organisation est l’emblématique Franz Beckenbauer.
La France sort des poules de justesse après un début de compétition timide. Mais les Bleus se défont d’adversaires de grande qualité et aux ambitions importantes lors des confrontations directes : ils éliminent une Espagne accrocheuse, puis les magiciens brésiliens et les portugais déterminés qui avaient battu l’Angleterre. Le milieu de terrain Zinédine Zidane laisse parler sa classe et son immense technique, épaulé par des joueurs d’expérience et de talent comme Patrick Viera, Lilian Thuram, Thierry Henry et Franck Ribéry.
L’Allemagne, chez elle, fait un tournoi solide. En quart de finale, elle élimine l’Argentine et se retrouve en demi-finale face à l’Italie. La Squadra Azzura n’a pas survolé le début du tournoi : elle s’est timidement imposée face à l’Australie et l’Ukraine. Mais son réalisme a raison de la Manschaft et elle accède à la finale contre la France, qui se joue à Berlin le 9 juillet 2006. Le mach reste marqué par l’expulsion de Zindédine Zidane, le meilleur joueur de la compétition, suite à un coup de tête sur le défenseur italien Marco Materazzi. Ainsi s’achève une brillante carrière internationale. Le score de 1-1 partout à la fin des prolongations emmène les 2 équipes aux tirs au but. David Trezeguet rate son tir et l’Italie remporte son 4ème titre de champion du monde. Fabio Cannavaro fête sa 100ème sélection avec l’équipe nationale et est désigné meilleur joueur de la compétition juste derrière Zidane.

Coupes du Monde : la long story / les années 70

Comme lors de toute décennie footballistique qui se respecte, le Brésil remporte la compétition au Mexique en 1970. 4 ans plus tard, le football européen retrouve des couleurs grâce à une nouvelle victoire de la RFA. Enfin, sur fond de politique intérieure mouvementée, l’Argentine, qui accueille le Mondial 1978, remporte son premier trophée.

Pelé.

Mexique 1970 : la magie brésilienne (31 mai – 21 juin 1970)

Equipes présentes : Salvador, Pérou, Israël, Maroc, Angleterre, Belgique, Bulgarie, RFA, Roumanie, Suède, Union Soviétique, Tchécoslovaquie, Uruguay, Brésil, Italie, Mexique, Salvador.

La Coupe du Monde regagne le continent américain pour une édition placée sous le signe de l’innovation : le système des cartons jaunes et rouges est mis en place, la possibilité de remplacer des joueurs pendant les matchs est enfin offerte et les rencontres sont diffusées en couleurs. De nouveaux pays font leur entrée dans la compétition.
La RFA retrouve son meilleur ennemi en quart de finale : l’Angleterre. Ce match a un goût de revanche pour les allemands, qui n’ont pas oublié la finale 1966. L’Angleterre mène rapidement 2-0 et pense pouvoir gérer tranquillement la victoire. La RFA remporte le match 3-2 grâce à un but du légendaire Gerd Müller, aidé par une erreur du gardien anglais. Les allemands rencontrent l’Italie pour ce qui est aujourd’hui considéré comme « le match du siècle ». Le tableau d’affichage indique 1 à 1 à la fin du temps réglementaire. Les prolongations sont épiques, les deux formations faisant preuve de détermination et de courage, à l’image du libéro Franz Beckenbauer qui termine le match le bras en écharpe à cause d’une luxation de l’épaule. L’Italie gagne finalement 4-3 au terme d’une rencontre haletante.
La finale oppose la Squadra Azzura au séduisant Brésil : 4 titres de champions du Monde à eux deux. Brésil et Italie s’affrontent pour devenir le premier triple champion du monde de l’histoire.
Le match que produit la Seleção est à l’image de la compétition réalisée par les sud-américains : une facilité technique déconcertante et une ligne d’attaque historique composée de joueurs brésiliens talentueux. Le Brésil s’impose logiquement 4-1 et devient champion du monde pour la troisième fois. Le 4ème but est un modèle de construction tactique : le ballon part de la défense et est remonté jusqu’aux avant-postes de l’attaque. Le Brésil domine incontestablement le football mondial.
Lors de cette édition, le meilleur buteur brésilien Jairzihno a marqué au moins un but dans chaque match, une performance qui n’a encore jamais été égalée. Le Roi Pelé, tire sa révérence internationale et rentre dans la légende en devenant le seul joueur à gagner trois Coupes du Monde.

Franz Beckenbauer

Allemagne 1974 : la RFA, 20 ans après… (13 juin – 7 juillet 1974)

Equipes présentes : RFA et RDA, Zaïre, Australie, Haïti, Suède, Italie, Pays-Bas, Pologne, Bulgarie, Yougoslavie, Ecosse, Brésil, Chili, Argentine, Uruguay.

La coupe Jules Rimet n’est plus : elle est restée au Brésil. L’édition 1974 marque le début du trophée FIFA WORLD CUP en or massif que l’on connaît aujourd’hui. Le déroulement de la compétition a également changé : les 16 nations sont réparties en 4 groupes de 4. Les deux premiers se qualifient et forment 2 groupes de 4. Les premiers de chaque groupe joueront la finale, les deuxièmes de chaque groupe s’affrontent pour la 3ème place.
1 mondial et 2 équipes allemandes : cette édition se déroule dans un contexte politique inédit et particulier. La RDA et la RFA, dans le même groupe, s’affrontent dans un match pour la 1ère place. La RDA l’emporte, à la surprise générale. Mais rien n’empêche l’équipe de Franz Beckenbauer de se hisser en finale, se jouant de la Tchécoslovaquie, de la Suède et de la surprenante Pologne (qui termine 3ème du tournoi).
La RFA se retrouve en finale face à l’éblouissante équipe des Pays-Bas qui ne partait pourtant pas favorite. Mais le jeu léché fit des ravages contre l’Uruguay et la Bulgarie. Les bataves font une démonstration contre l’Argentine (4-0), la RDA (2-0) et les magiciens brésiliens (2-0). La finale n’est pas jouée dans la capitale, mais au stade olympique de Munich le 7 juillet 1974. Le pays hôte débute mal le match. Johan Cruyff s’infiltre dans la surface dès la première action et provoque un penalty. Les Pays-Bas, qui ont survolé la compétition grâce à des joueurs de talent et à la mise en place du « football total », ne peuvent cependant résister à la RFA, ses qualités de rigueur, physique et sa détermination. Menée par un Beckenbauer qui donne au rôle de libéro une nouvelle dimension, l’Allemagne revient au score à la 26ème minute et prend l’avantage à la 43ème grâce à son attaquant Gerd Müller, alors meilleur buteur de l’histoire de la Coupe du Monde (avec 14 buts inscrits en 2 participations, devant Just Fontaine et Pelé). Il prend sa retraite internationale après avoir offert le deuxième titre de champion du monde à la RFA, 20 ans après le premier sacre. L’attaquant hollandais Johan Cruyff est désigné meilleur joueur du tournoi.


Argentine 1978 : les argentins triomphent enfin… (1er au 25 juin 1978)

Equipes présentes : RFA, Pologne, Italie, Autriche, Pays-Bas, France, Suède, Ecosse, Espagne et Hongrie, Mexique, Brésil, Argentine, Pérou, Iran et Tunisie.

Premiers finalistes malheureux de la Coupe du Monde en 1930, l’Argentine joue cette fois devant son public et peut compter sur le soutien d’une nation survoltée.
Le groupe le plus relevé réunit l’Italie, la France, la Hongrie et le pays organisateur. L’Italie et l’Argentine tirent leur épingle du jeu et se qualifient pour la suite. La France de Michel Platini, Didier Six et Bernard Lacombe n’est pas parvenue à sortir de ce groupe compliqué. Pays-Bas, Autriche, Pologne, Brésil et Pérou (déterminants ?) se qualifient également pour le second tour. La génération talentueuse de joueurs hollandais atteint pour la seconde fois consécutive la finale du Mondial. Malgré l’absence de son attaquant légendaire Johan Cruyff, dissuadé par des menaces de se rendre en Argentine pour disputer le tournoi, l’équipe de Pays-Bas a révolutionné le football avec son concept de « football total » : un bloc équipe qui défend et attaque ensemble et non plus une somme de postes défensifs ou offensifs cantonnés à des rôles réducteurs. Place est faite à l’attaque et au spectacle. Face à eux, les hollandais retrouvent en finale l’Argentine qui s’est qualifiée grâce à la différence de buts avec le Brésil au terme d’un match contre le Pérou, entaché par des soupçons d’arrangements au détriment de la Seleção.
La finale se déroule à Buenos Aires le 25 juin 1978. Devant un public survolté et face aux attentes énormes d’une nation sud-américaine qui vibre pour le ballon rond, une autre polémique éclate : elle accuse l’Argentine d’avoir mis la pression sur les joueurs hollandais en essayant de faire reculer le début de la finale, laissant les joueurs bataves au centre d’une arène hostile en délire. A l’issue du temps réglementaire, le score est de 1 partout. Pendant les prolongations, le numéro 10 argentin Mario Kempes, est encore une fois décisif. Les Pays-Bas concèdent leur seconde défaite en finale de la Coupe du Monde contre le pays hôte, 3-1. Le Brésil se classe 3ème du tournoi en battant l’Italie 2-1.