Archives par mot-clé : benfica

Nelson Oliveira, enfin un successeur à Pauleta ?

Auteur d’une dernière saison pour le moins moyenne avec le Deportivo la Corogne, Nelson Oliveira débarque du côté du Stade Rennais, prêté avec option d’achat par Benfica. Le jeune attaquant lusitanien aura à cœur de confirmer tous les espoirs placés en lui en vue de la prochaine Coupe du Monde 2014.

26810
Présentation du joueur (Crédits : StadeRennais.com)

Sept ans maintenant. Sept ans que le Portugal se cherche un digne successeur de Pauleta. Nuno Gomes et Liedson commencent à se faire vieux, Helder Postiga et Hugo Almeida sont loin du niveau international, le replacement de Cristiano Ronaldo en pointe ne porte pas ses fruits… Tous les regards lusitaniens se tournent alors vers Nelson Oliveira. Annoncé comme le futur buteur que tout un pays attend, le natif de Barcelos éprouve pourtant des difficultés à confirmer son talent au niveau professionnel.

Pisté par les plus grands dès son plus jeune âge

Après avoir fait ses classes dans le modeste club local de Santa Maria, Nelson Oliveira rejoint en 2003 les rangs du Sporting Braga, club phare de la région. Ses prestations chez les Minhotos ne tombent pas dans l’oreille d’un sourd : à seulement 15 ans, il refuse des avances de Porto, du Sporting ou encore de Chelsea et garnit l’équipe de jeunes du Benfica Lisbonne, son équipe de cœur.

Chez les Encarnados, Nelson Oliveira est régulièrement surclassé et enfile les buts comme des perles. Doté d’un gabarit avantageux, l’attaquant portugais est également capable de prendre les espaces et étonne par sa conduite de balle et sa technique. L’archétype de l’attaquant moderne en somme. Mais sans doute encore un peu tendre pour jouer les premiers rôles au sein d’une des équipes phares de la Liga, Oliveira est prêté pendant six mois au Rio Ave en janvier 2010. L’occasion de s’aguerrir mais également de faire ses débuts professionnels. Malheureusement pour lui, les prestations ne seront pas au rendez-vous : 10 matches joués pour aucun but inscrit. La saison suivante, la direction lisboète le prête à nouveau, cette fois-ci au Paços de Ferreira. Là encore, son aventure chez les Castors est loin d’être fructueuse avec quatre petits buts marqués.

Ballon d’argent de la Coupe du Monde U20 en 2011

Il faut attendre la fin de la saison pour voir le talent de Nelson Oliveira se révéler aux yeux de tous lors de la Coupe du Monde des moins de 20 ans organisée en Colombie. Pendant cette compétition, il porte la jeune équipe portugaise à bout de bras jusqu’en finale qu’il perd 3 buts à 2 face au Brésil d’Oscar et de Coutinho. Néanmoins, avec 4 buts inscrits lors de cette compétition, il remporte tout de même le trophée de Ballon d’argent (synonyme de deuxième meilleur joueur du tournoi).

Fort de cette aventure avec les U20, Nelson Oliveira est conservé par Jorge Jesus et le Benfica lors de la saison suivante, en 2011-2012. Au milieu des Oscar Cardozo, Javier Saviola et Rodrigo, difficile pour lui de se faire une place au soleil. Alors qu’il doit se contenter de bouts de matches en championnat, le jeune attaquant connait son moment de gloire en huitièmes de finale de la Ligue des Champions, lorsqu’il scelle la qualification des siens en inscrivant un dernier but fatidique lors du match retour face au Zenit. Seulement 3 buts inscrits au total sur cette saison mais un premier trophée dans sa jeune carrière avec un titre de champion du Portugal qui sauve ainsi une nouvelle année en demi-teinte.

Pourtant, c’est lors de cette même année que Nelson Oliveira connait les joies de la sélection nationale. Paulo Bento, alors à la tête de la Seleçcao et miné par un réel manque de talents offensifs en pointe, décide de faire appel au jeune attaquant qui joue pour la première fois avec le Portugal lors d’un match amical face à la Pologne en février 2012. Le conte de fée continue jusqu’à l’Euro 2012 lors duquel Bento le fait entrer en jeu à quatre reprises. Il ne peut empêcher l’élimination des siens en demi-finales face à l’Espagne, futur vainqueur du tournoi.

Holger_Badstuber_-_Nélson_Oliveira_20120609
Allemagne – Portugal (Euro 2012) (Crédits : WikiMedia – CC)

Désireux d’engranger du temps de jeu, Nelson Oliveira est une nouvelle fois envoyé en prêt en 2012-2013. Cette fois-ci, il franchit la frontière et intègre le Deportivo la Corogne, équipe du bas de tableau de la Liga espagnole. Après des débuts prometteurs avec un but marqué dès la première journée, le Portugais déchante vite et est cantonné à un rôle de remplaçant pendant la majeure partie de la saison, notamment barré par Riki et son compatriote Pizzi, auteur de 8 réalisations et qui vient de signer au… Benfica. 30 matches disputés pour 4 pauvres titularisations et 2 buts, le Portugais ronge une nouvelle fois son frein sur le banc de touche.

Difficile de juger Nelson Oliveira. A maintenant 21 ans, le Portugais est indéniablement doué. Mais il tarde à éclore au haut niveau. Quoiqu’il arrive, ce transfert, sous forme de prêt, s’apparente comme un pari pour le Stade Rennais. Philippe Montanier, lui, semble sûr de son coup et n’y va pas par quatre chemins lors de la présentation du joueur hier après-midi : «  C’était notre priorité (…) C’est un joueur prometteur et complet : il va vite et prend les espaces. Il est techniquement très bon, mais il est aussi athlétique. » On va le croire : la dernière fois qu’un Portugais est venu en France après avoir joué au Depor’, c’était un certain Pedro Miguel Pauleta…

Droits TV : le Benfica ouvre une nouvelle voie

Le club portugais du Benfica Lisbonne diffusera sur sa propre chaîne les matchs de championnat qui se joueront à domicile la saison prochaine : une première dans le paysage audiovisuel portugais et européen, partagé sur la répartition de ces droits, si importants pour le budget des clubs, petits et grands.

Supporters du Benfica à l'Estadio da Luz de Lisbonne, pendant la victoire 6-1 contre Nacional lors de la saison 2009/2010. Photo : chilangoco.flickr.cc
Supporters du Benfica à l’Estadio da Luz de Lisbonne, pendant la victoire 6-1 contre Nacional lors de la saison 2009/2010. Photo : chilangoco.flickr.cc

Depuis vendredi 28 juin, le club du Benfica a obtenu l’exploitation de ses propres droits TV. Ce projet, qui tenait à cœur au président du club, Luis Felipe Viera, a une conséquence de taille pour les fans : il faudra s’abonner à la chaîne satellite du Benfica pour suivre les matchs. De même, la chaîne a obtenu l’exclusivité de la diffusion de la Premier League anglaise au Portugal. 10 euros par mois supplémentaires pour suivre les rencontres du club lisboète et du championnat anglais. Une négociation individuelle qui a permis au club de sortir gagnant financièrement.

Deux modèles économiques en Europe jusqu’alors

La répartition des droits TV n’est pas effectuée de la même manière : deux modèles économiques existaient jusqu’alors en Europe. Au Portugal et en Espagne, ces droits étaient négociés de façon individuelle, entre le club et les diffuseurs. Ainsi, le FC Barcelone et le Real Madrid ont empoché 163 et 156 millions d’euros pour l’année 2011. L’Angleterre, l’Italie, la France et l’Allemagne pratiquent une négociation collective : l’argent des diffuseurs est collecté puis redistribué de façon plus équitable entre les différentes équipes.

Eviter la trop grande différence entre les clubs

En avril 2013, le ministère du sport espagnol annonçait la préparation d’une loi pour la fin de l’année qui obligerait les clubs de la Liga à négocier collectivement les droits TV. Le but : éviter la trop grande différence entre les clubs. Malaga, le 4ème de la Liga en 2011  ne touchant que 14,8 millions d’euros. Une somme dérisoire à côté des deux grands. Mais avec la négociation individuelle du Benfica et la diffusion des matchs sur sa chaîne, c’est un nouveau modèle de négociation que le club portugais invente.