Archives par mot-clé : Chelsea

Ligue des Champions : Chelsea, Real Madrid, Atlético Madrid et Bayern Munich en demi-finales

Alors que le Real Madrid et le Bayern Munich étaient attendus, Chelsea et l’Atlético Madrid créent une petite surprise en se qualifiant pour les demi-finales de la Ligue des Champions. Au-delà de belles performances collectives, c’est surtout la victoire de 4 entraîneurs de grande classe.

Chelsea : la patte « Mourinho »

Le PSG avait l’avantage grâce à sa victoire 3-1 au match aller. Mais c’était mal connaître Mourinho que d’enterrer Chelsea rapidement : « le special one » a éliminé, presque à lui seul, l’équipe parisienne.
La veille du match, l’entraîneur portugais aurait – selon les déclarations de Samuel Eto’o, l’attaquant de l’équipe londonienne – mis les joueurs dans des situations précises sur le terrain en fonction des scénarios possibles de match : si l’équipe est menée 1-0, 2-0, si l’équipe mène, etc… Chelsea a terminé le match avec trois attaquants en menant 1-0 . Demba Ba inscrit à la 88ème minute le but qui qualifie les Blues. Mourinho n’a jamais perdu de quarts de finale de LDC. Quand même.

Real Madrid : Ancelotti tranquillement

Le Borussia Dortmund a gagné le match retour 2-0 face au Real Madrid, mais cela n’a pas suffit. Les joueurs de Carlo Ancelotti se qualifient tranquillement pour les demi-finales de LDC. L’objectif du Real n’est pas d’être finaliste : il s’agit de remporter la plus prestigieuse compétition européenne, qui lui échappe depuis 2002. La Maison Blanche poursuit son petit bonhomme de chemin en Ligue des Champions, sans avoir été véritablement inquiétée par une équipe de Dortmund décimée par les blessures et loin de son niveau de la saison précédente. Les choses sérieuses commencent véritablement pour des joueurs madrilènes en pleine forme : Bale, Ronaldo, Benzema sont intraitables en attaque. C’est le moment pour l’entraîneur italien de faire parler toute son expérience, lui qui a remporté la Ligue des Champions en 2003 et 2007 avec le Milan AC. Le meilleur est à venir.

Atlético Madrid : la surprise de Diego Simeone

Peu nombreux étaient ceux à donner l’Atlético Madrid favori face au FC Barcelone. Pourtant, l’autre équipe de Madrid a sorti le Barça de Messi, Xavi, Inesta et Neymar en quart de Ligue des Champions. Ce que fait l’Atlético de Diego Simeone, l’entraîneur argentin, cette année est remarquable : en tête de Liga avec un point d’avance sur le Real Madrid, il n’a pas perdu contre Barcelone cette saison et s’offre le luxe de se qualifier pour les demi-finales de Ligue des Champions, une première pour le club espagnol depuis 40 ans. Une mise en place et une rigueur tactique, des joueurs techniques et physiques, le mental à la hauteur : l’air de rien, l’équipe espagnole de l’année pourrait bien être l’Atlético Madrid.

Bayern Munich : Guardiola au rendez-vous

Le FC Barcelone n’est plus : Guardiola, lui est au rendez-vous en demi-finale avec le Bayern Munich. Déjà sacré champion d’Allemagne, l’équipe bavaroise incarne la force tranquille : sans briller lors du match aller contre Manchester United (1-1), les joueurs de Guardiola se sont réveillés après le but – à-la-Roberto-Carlos – de Patrice Evra : 3 pions inscrits en 17 minutes, histoire de rappeler qui est le patron. Difficile d’imaginer une équipe en Europe capable de battre le Bayern Munich, même si les performances sont en demi-teinte depuis quelques semaines. La machine à gagner sera tout de même difficile à faire dérayer.

Ligue des Champions : des quarts de finale prometteurs

Peu de réelles surprises en Ligue des Champions : les gros sont au rendez-vous pour les quarts de finale. En attendant le tirage au sort vendredi 21 mars, zoom sur les qualifiés : les favoris, les outsiders et les autres.

Ribéry sous les couleurs du Bayern Munich. Photo : az1172.flickr.cc
Ribéry sous les couleurs du Bayern Munich. Photo : az1172.flickr.cc

Les favoris

Bayern Munich
Le champion en titre désormais entraîné par Pepe Guardiola est incontestablement le favori de la compétition. Il pourrait être sacré Champion d’Allemagne le week-end prochain : quoi de mieux alors pour se consacrer à la Ligue des Champions? L’équipe bavaroise n’a jamais douté depuis le début de la saison. Malgré les blessures de certains joueurs-cadres, l’effectif munichois semble intouchable. Comme la saison passée, il s’est débarrassé en huitièmes des anglais d’Arsenal, sans être inquiété, malgré un match nul à Munich lors du retour. La – grosse – force tranquille.

FC Barcelone
On les dit moins bien, pas en forme, prenables. Certes, en Liga, les barcelonais ne sont que 3ème à 4 longueurs du premier, le Real Madrid. Mais sur la scène européenne, l’expérience parle : ils se sont défaits sans problème de Manchester City, 4ème de Premier League. Et le contenu des matchs européens laisse peu de doute quant aux ressources d’un effectif barcelonais capable de grandes et belles choses, même dans une période de creux. Comme si Messi et ses coéquipiers avaient décidé de sauver la saison avec une Ligue des Champions. Une consolation de belle facture.

Real Madrid
Comme toujours, le Real Madrid est là et ce n’est pas une surprise. Comme toujours, il est favori au titre de la Ligue des Champions. Entraîné cette saison par le coach italien Carlo Ancelotti, il est premier de la Liga, devançant le FC Barcelone de 4 points. De quoi engranger la confiance nécessaire pour les joutes européennes. Il s’est défait très facilement de son adversaire – les allemands de Schalke – en huitièmes de finale, mais l’opposition sera probablement tout autre en quarts de finale. Aux stars madrilènes de rester mobilisées pour la suite. Cette année pourrait être la bonne pour le club le plus titré de l’histoire.

Les outsiders

Atlético Madrid
Deuxième de Liga devant le FC Barcelone, l’Atlético Madrid est une équipe sérieuse. L’autre équipe de la capitale espagnole est clairement dans la position de l’outsider : elle sort en huitièmes de finale le Milan AC, certes en crise, sur un score sans appel – 5-1 sur l’ensemble des deux matchs. Entraînée par Diego Simeone, cette équipe-surprise n’a aucun complexe et propose un football séduisant. Et si l’Atlético Madrid était le « Borussia Dortmund » de ce cru 2013-2014 ?

Chelsea
L’air de pas y toucher, Chelsea se hisse tranquillement en quarts de finale, éliminant le Galatasaray de l’idole des Blues Drogba. En tête de Premier League, Chelsea monte en puissance depuis le début de la saison et l’arrivée de Mourinho sur le banc. Doucement, elle prend conscience de ses qualités – offensives et défensives. Face aux favoris pourtant, l’équipe du Special One ne semble pas capable de faire le poids. Sur le papier en tout cas. Psychologiquement en revanche, en position d’outsider, il faudra compter sur le vainqueur de la League Europa l’an passé, galvanisé par un Mourinho capable de grandes choses sur le plan mental et tactique. A ne pas négliger.

Manchester United
Saison cauchemardesque en Premier League : Manchester United ne pointe qu’à la 7ème place, enchaînant de piètres performances et restant sur une humiliation le week-end dernier, après la défaite à domicile 3-0 contre l’ennemi juré de Liverpool. Pour autant, les joueurs de David Moyes se sont qualifiés pour la suite de la compétition grâce à une victoire 3-0 lors du match-retour face à l’Olympiakos, après avoir été battus 2-0 à l’aller. Une remontada que Man’U doit à Robin Van Persie qui inscrit les trois buts qualificatifs. L’exploit d’un joueur, le héros d’un soir, qui ne devrait pas faire oublier les difficultés de cette équipe, gagnée par le manque de confiance et la peur au ventre. Devant un adversaire d’un autre calibre, difficile de les imaginer vainqueur. Et pourtant, attention à ne pas balayer trop vite le talent des individualités manchuniennes et la grande expérience européenne. And if…

Pas favoris, mais pas loin

Dortmund
Le Borussia Dortmund, finaliste l’an passé, ne se présente pas avec la même forme que la saison dernière. Les joueurs de Jürgen Klopp se qualifient pour les quarts de finale en éliminant le Zénith de Saint-Pétersbourg, après être sortis de justesse des phases de poule de Ligue des Champions. Pour la troisième année de suite, ils sont en quarts de finale. Pour autant, le collectif semble moins fort, compte-tenu des blessures qui déciment l’effectif. Face aux favoris et outsiders, Dortmund semble légèrement en retrait.

PSG
Certes, le PSG n’a pas une grande expérience sur la scène européenne. Pourtant, nombreux sont les observateurs à voir l’équipe française aller loin en Ligue des Champions cette année. Les individualités de talents, capables de gagner un match à elles seules, le collectif qui tourne de mieux en mieux, la rigueur tactique proposée : le PSG a bel et bien les cartes en mains pour continuer son parcours en Ligue des Champions et pourquoi pas s’imposer face à un favori. (De quoi faire remonter la France au classement de l’indice UEFA…)

Les clubs de football les plus riches du monde

Roulement de tambours, tada : en cette période dite de crise, les comptes ont été faits par l’entreprise financière Deloitte comme chaque année, dévoilant la liste des clubs de football les plus riches du monde : un français dans les 10 premières places, surtout trustées par les clubs anglais.

Supporters de Manchester United devant Old Trafford. Phito : jesus-leon.flickr.cc
Supporters de Manchester United devant Old Trafford. Photo : jesus-leon.flickr.cc

Le classement annuel de l’entreprise financière Deloitte dressant la liste des clubs de football les plus riches du monde pour les revenus de la saison 2012/2013 est sans appel : l’Angleterre est la place financière forte et dominante du football mondial. 6 clubs de Premier League se classent dans le top 20 : Manchester United et City, Chelsea, Arsenal, Tottenham et Liverpool.

L’omniprésence anglaise

Manchester United, pour la première fois de son histoire, sort du trio de tête, au profit du champion d’Europe le Bayern Munich, dont le modèle économique est souvent pris en exemple. Les revenus du géant allemand ont augmenté de 17% par rapport à la saison précédente.
Malgré une saison vierge, l’autre club de Manchester connaît une progression importante de ses revenus : il se classe 6ème. L’accord commercial fructueux avec Etihad Airways est certainement la raison de cette augmentation, ainsi que les revenus dus à la billetterie.
Chelsea enregistre une légère baisse alors qu’Arsenal voit ses revenus augmenter de 4% : propriétaire de son stade et gestionnaire hors-pair, certains observateurs voient le club du nord de Londres devenir l’équipe la plus riche du monde dans un futur plus ou moins proche.

La domination espagnole en tête

Les deux premières place du classement sont toujours détenues par les espagnols : Real Madrid et FC Barcelone. Ces géants du football mondial restent loin devant leurs concurrents. Sans augmenter leurs revenus, ils ne perdent rien non plus : grâce à des politiques de communication et marketing qui en font les équipes les plus célèbres et aimées sur tous les continents.

Un club français dans le top 5

La progression la plus importante est celle réalisée par un club français : le PSG se hisse pour la première fois de son histoire dans le top 5. Ses revenus ont augmenté de 81% grâce à l’arrivée des investisseurs qataris. Une position partie pour durer : les stratégies commerciales et sportives mises en place vont dans ce sens. La pige de Beckham, l’argent investi pour le recrutement de joueurs stars dans les championnats étrangers, les ambitions affichées de tout gagner et surtout d’aller le plus loin possible en Ligue des Champions : le PSG ne devrait pas céder sa place facilement.

Transferts : c’est fait !

Les championnats ne sont pas encore terminés, les finales de coupes d’Europe ne sont pas encore jouées : pourtant, les rumeurs et les faits avérés de transferts vont déjà bon train. Un point sur les prochains départs et futures arrivées déjà actés.

Le style Barça de Guardiola à Munich.
Le style Barça de Guardiola à Munich.

Pep Guardiola
L’espagnol a pris une année sabbatique, histoire de décompresser un peu avant de rejoindre le banc d’un possible champion d’Europe : le Bayern Munich. C’est officiel et acté depuis des mois. Celui qui a contribué à créer la légende du FC Barcelone d’Iniesta, Xavi et Messi se prépare à relever un nouveau défi, de taille : le club bavarois est une véritable institution, avec dans les instances dirigeantes des anciens cadres de caractère du football allemand. Le Bayern Munich a survolé la Bundesliga et fait figure d’ogre en Europe : pas simple.

José et Chelsea : a true story.
José et Chelsea : a true story.

José Mourinho
A peine l’élimination madrilène effective en demi-finale de la Ligue des Champions que le « special one » annonce son départ du Real Madrid, vers un endroit « où on l’aime ». Comprendre : les Blues de Chelsea que José a entraîné de 2004 à 2007 et avec lesquels il a remporté deux championnats, deux Coupes de la Ligue et une Cup. Le Portugais n’a jamais caché son attachement au club londonien qu’il a toujours rêvé de retrouver. Rien d’officiel avant le 1er juillet, certes, mais le retour de José à Londres n’a jamais été aussi proche.

Fernandez pour faire oublier Girard.
Fernandez pour faire oublier Girard.

Jean Fernandez
L’ancien entraîneur d’Auxerre et Nancy sera la saison prochaine sur le banc de Montpellier. Une fin de cycle pour le club de l’Hérault avec le départ de René Girard et l’arrivée de ce baroudeur de Ligue 1 qui a trouvé un accord avec le président Nicollin. C’est officiel depuis fin avril : un contrat de deux saisons a été signé, avec une prise de fonction prévue en juillet prochain.

Zlatan regarde ailleurs.
Zlatan regarde ailleurs.

Zlatan Ibrahimovic
La Juventus est évoquée pour accueillir Zlatan, mais rien d’officiel pour le moment. En revanche, la star parisienne a déclaré – après le match contre Evian – vouloir quitter le PSG à la fin de la saison. Les journaux italiens rapportent dès la fin du mois d’avril les modalités de contrats que préparerait la Vieille Dame pour accueillir l’attaquant suédois. Un petit tour en Ligue 1 et puis s’en va Zlatan.

De Dortmund au Bayern en passant par une finale de LDC.
De Dortmund au Bayern en passant par une finale de LDC.

Mario Götze
La jeune prodigue allemand, milieu offensif du Borussia Dortmund, a signé un contrat avec le Bayern Munich, le meilleur ennemi, pour la saison prochaine. Un transfert officiellement annoncé avant la demi-finale de LDC par le club bavarois, histoire de mettre un peu la pression sur Dortmund. Mais rien n’y a fait et les deux équipes s’affronteront en finale le 25 mai prochain. Mario s’en ira ensuite en Bavière pour se faire une place dans l’effectif pléthorique et talentueux de Munich, en vue peut-être de remplacer Robben ou Ribéry dans un futur plus ou moins proche.

Impuissants

Triste soirée hier pour les deux clubs français engagés en Ligue des Champions : 1-0 pour le Real Madrid contre Auxerre, 2-0 pour Chelsea contre Marseille. Triste constat pour les clubs français, même si les deux rencontres ne se ressemblent pas.

Marseille, le trou noir

Ca commence à devenir une (mauvaise) habitude qui se répète d’année en année : l’OM donne cette sensation étrange qu’elle peut espérer faire de bonnes performances en Ligue des Champions. Ce sentiment bizarre qu’il y a la qualité mais qu’il manque ce petit truc en plus, l’expérience, la concentration, la chance… Contre le Milan AC l’an dernier, contre le Spartak cette année. Sauf qu’hier, certains joueurs sont passés vraiment au travers du match et ça, à ce niveau, ça ne pardonne pas face à un adversaire leader du championnat anglais et prétendant au titre européen. Le secteur offensif a montré ses limites. Cheyrou, l’un des responsables sur le premier but, fut à l’image de l’OM : limité techniquement et trop souvent incapable d’assurer ses passes. Les trois attaquants n’ont pas pesé sur la défense – un minimum – et n’ont jamais fait la différence techniquement pour inquiéter Chelsea. La défense centrale phocéenne, tout juste de retour, a fait ce qu’elle a pu pour limiter la casse, et ça en revanche, c’est plutôt prometteur.
Dans tous les domaines du jeu, les joueurs de Carlo Ancelotti ont montré une grande maîtrise, plaçant de temps à autres quelques attaques qui auraient pu faire mouche. 2-0 , but de Terry sur corner et pénalty réussi par Anelka : c’est un moindre mal. A l’entraîneur marseillais le mot de la fin : « Il y avait vraiment une grande différence entre Chelsea et l’OM. Cela s’est vu durant les 45 premières minutes. Après, lorsque vous êtes menés 2-0 face à un tel adversaire, cela devient très compliqué. Je suis ni résigné, ni en colère. Je suis réaliste. »

Auxerre, des regrets mais du courage

Les défaites ne laissent pas toutes le même goût. Celle d’Auxerre laisse un sentiment de frustration et de regret. Les joueurs bourguignons ont bien entamé la partie. Bien en place et sans complexe, les hommes de Jean Fernandez ont su gêné les Madrilènes, parfois les contrer et se créer ainsi de belles occasions. Oliech aurait pu marquer, Pedretti et Jelen aussi. Capables de se projeter rapidement vers l’avant, Auxerre aurait donc pu trouver les failles. Le Real Madrid s’est montré, certes, dangereux à de nombreuses reprises, multipliant les frappes et gâchant des occasions nettes de buts. Pour autant, les hommes de Mourinho ne sont pas encore aussi impressionnants qu’on les attend. Il faut l’entrée de Di Maria à la place de Benzema pour marquer le but victorieux. Une main non sifflée de Ramos et dans la foulée, le but. Frustrant.
Les Auxerrois n’ont pas à rougir de leur défaite. Leur performance et la mise en place tactique, saluées par José Mourinho au micro de Canal Plus, auraient pu leur apporter la victoire. Jean Fernandez et ses hommes vont peut-être avec une telle prestation, retrouver le goût du jeu et de la victoire en Ligue 1.