Archives par mot-clé : coup de tête

Foot et ciné : ça tourne !

Le festival de Cannes s’achève demain soir. A l’honneur pendant la Quinzaine, le 7ème Art a bien souvent taquiné le ballon rond et offert des films couronnés de succès. Depuis 1911 et le premier long-métrage consacré au football, ces deux univers qui semblent si différents, n’ont jamais cessé d’écrire une histoire commune. Retour sur les rencontres les plus marquantes.

COUPS DE TETE, réalisé par Jean-Jacques Annaud, sorti en 1979.
François Perrin (Patrick Dewaere) est allier droit dans l’équipe de Trincamp. A la suite d’un différent avec l’attaquant-vedette, il est renvoyé de l’équipe. Comme le président du club est également le patron de l’usine dans laquelle les joueurs travaillent, Perrin perd également son emploi et est accusé d’un viol qu’il n’a pas commis. Mais l’équipe a besoin de lui pour jouer un match de Coupe de France.
Les acteurs sont bons, agaçants, parfois drôles malgré eux. Coup de tête est une satire du monde du football, même celui des campagnes du dimanche matin et de l’usine. Certaines répliques sont restées gravées dans la tête des amateurs de ballon rond. Culte.

http://youtu.be/MM9PRwXpczI

A MORT L’ARBITRE, réalisé par Jean-Pierre Mocky, sorti en 1984.
L’arbitre Maurice Bruno siffle un penalty contre l’équipe locale qui perd le match. Les supporters sombrent dans la folie et traquent l’arbitre et sa compagne. La terreur s’empare alors de la ville.
Un magistral Michel Serrault en chef des supporters devenus fous et un impeccable Eddy Mitchell en arbitre traqué. A mort l’arbitre ne fut pas un succès en salle à sa sortie, mais toucha le public lors de son passage à la télévision. Satire également de la folie qui touche parfois le monde du foot et certains supporters, A mort l’arbitre fait froid dans le dos. Presque aussi culte que Coup de tête.

JOUE-LA COMME BECKHAM, de Gurinder Chadha, sorti en 2002.
Jess, d’origine indienne, vit avec sa famille en Angleterre. Ses parents souhaitent qu’elle termine ses études et se marie dans le respect des traditions indiennes, mais elle rêve de vivre de sa passion – le football – et de jouer comme son idole, David Beckham, contre l’avis de sa famille.
Grand succès en salles, Bend it like Beckham (titre orignal) révéla Keira Knightley, Parminder Nagra et Jonathan Rhys-Meyers. Plus qu’une simple comédie, le film aborde des sujets plus profonds : le poids des traditions, la place des femmes et le pouvoir de la volonté.

LOOKING FOR ERIC, réalisé par Ken Loach, sorti en 2009.
Eric Bishop est postier et vit à Manchester. Un passé douloureux et un présent compliqué rendent sa vie difficile, surtout lorsqu’il se rend compte qu’un des fils de son ex-femme fréquente des gangsters. Parfois, le soir, Eric Cantona, l’idole de Manchester United, apparaît lors de ses hallucinations et lui prodigue des conseils pour reprendre sa vie en main.
En compétition officielle pour le festival de Cannes 2009, Looking for Eric est plus gai que les précédents longs-métrages de Ken Loach. Critique sociale, le film témoigne de ce que le football représente pour la ville de Manchester et pour ses habitants. Eric Cantona interprète son propre rôle justement; lui, l’ancien King d’Old Trafford. Tout un symbole.

Pour le pire et le meilleur

Si cela déplait, tant pis, mais c’est une évidence : le football est un sport humain, avec tout ce que cela comporte. Des moments de grande mansuétude, de classe et de gentillesse, ou des coups de sang, des actes violents et des tricheries bien utiles, comme dans la vie. Mauvais gestes, petites bagarres, injustices et un peu de fair play : le meilleur et le pire du football, en quelques leçons. Leçon n°1 : ces satanés mauvais gestes, qui restent gravés longtemps…

Leçon n°1 : LES MAUVAIS GESTES

LE COUP DE TETE DE ZIDANE.
175,1 millions de téléspectateurs étaient devant leur poste ce dimanche 9 juillet 2006. L’un des plus grands joueurs de l’histoire tirait sa révérence en finale de Coupe du Monde. France-Italie, les meilleurs ennemis du monde faisaient combat égal. A la 107ème minute, Zidane répond à une provocation du défenseur italien Materrazzi en lui infligeant un coup de tête, resté célèbre. Le 4ème arbitre voit l’action sur son écran vidéo et prévient le central. 2 minutes d’incertitude puis carton rouge. Fin de carrière tragique, comme pour rappeler que le Dieu Zidane n’était qu’un homme…

L’AFFAIRE CANTONA.
C’est certainement l’un des mauvais gestes les plus médiatiques de l’histoire du football. 25 janvier 1995 : Manchester United se déplace chez l’équipe de Crystal Palace. Cantona écope d’un carton rouge. En sortant du terrain, insulté par un supporter adverse, il tente un coup de pied façon «kung fu» puis termine le travail aux poings. 9 mois de suspension, 120 heures de travaux d’intérêt général et une phrase en conférence de presse, restée mythique, sur des mouettes, des pêcheurs et des chalutiers.
http://www.youtube.com/watch?v=u-WmfTIRUWY

LE TRAUMATISME SCHUMACHER.
Dans la chaleur sévillane, la France rencontre la RFA en demi-finale du Mondial. Ce 8 juillet 1982, les Bleus ont l’occasion d’atteindre la première finale de leur histoire. En seconde période, Genghini se blesse, Patrick Battiston rentre en jeu. Après une première occasion, il est lancé dans la profondeur par Platini. Le gardien du but allemand, Harald Schumacher, sort sans se préoccuper du ballon et envoie Battiston au tapis. Le choc est violent. Le joueur français, inconscient, est évacué sur une civière. La faute n’est pas sanctionnée et le ballon rendu aux allemands. Les Bleus perdent ce match épique lors des tirs aux buts. L’agression et l’injustice sont restées un traumatisme dans l’imaginaire populaire français, jusqu’à aujourd’hui…
http://www.youtube.com/watch?v=coSfMSUSVPI&feature=related

A suivre…

Les plus grands numéro 10 de l’Histoire

Les meilleurs d’entre eux furent capables de faire gagner une équipe par leur simple vision du jeu, leur technique magistrale et leur instinct de buteur. Dans l’histoire du foot, ils ont brillé, subjugué et même parfois révolutionné le jeu. Place aux 10 plus grands numéros 10 de l’histoire, tous rentrés dans la légende.

PELÉ
De son vrai nom Edson Arantes do Nascimento. Considéré comme l’un des meilleurs joueurs de football de l’histoire, il est champion du monde à trois reprises en 1958, 1962 et 1970, un record. Sa technique, ses dribbles et ses qualités de buteur construisent la légende du «Roi Pelé». Il passe 18 ans au Santos FC, y marque 1 124 buts en 1 265 matchs. Il termine sa carrière au New York Cosmos.

CHARLTON
Robert – Bobby – Charlton est le plus grand joueur anglais de l’histoire. Miraculé de l’accident d’avion qui décima l’équipe de Manschester United en 1958, il s’impose comme le leader des Reds Devils et contribue à en construire la légende. Technique, rapide, buteur hors pair doté d’une bonne vision du jeu et d’un sens de l’organisation, il fut l’une des pièces maîtresses de la victoire de l’Angleterre en Coupe du Monde 1966. Il fut désigné Ballon d’Or à l’issue de la compétition.

KEMPES
Attaquant reconverti en numéro 10 pour le bien de l’équipe argentine, Mario Kempes, surnommé «le Matador», a fait l’essentiel de sa carrière en Argentine, dans les clubs de Cordoba, Rosario, River Plate et en Espagne au club de Valence. Il fut à deux reprises Pichichi de la Liga avec 24 et 28 buts et buteur pour l’Argentine en finale de la Coupe du Monde 1978 contre les Pays-Bas. Il termine meilleur buteur de ce Mondial avec 6 buts inscrits.

CRUYFF
Johan Cruyff est incontestablement le meilleur joueur hollandais de tous les temps. Il s’inscrit dans la lignée des footballeurs rebelles : premier joueur à négocier son salaire dans un club et exprimer ses opinions politiques, il est une personnalité de légende. Joueur inventif, driblleur créatif et milieu offensif rapide, il a révolutionné le football en lui donnant un aspect spectaculaire. Fougueux, athlétique, technique, il passe l’essentiel de sa carrière à l’Ajax d’Amsterdam et au FC Barcelone, club catalan qu’il a marqué de son empreinte en tant que joueur puis entraîneur. Une tradition du football spectacle qui prévaut encore aujourd’hui.

PLATINI
Il débute sa carrière à Nancy, rejoint les Verts de Saint-Etienne et termine sa carrière à la Juventus de Turin. Considéré comme l’un des meilleurs joueurs français de l’histoire, avec Zidane et Kopa, il est élu joueur du siècle par les supporters de la Vieille Dame. Spécialiste des coups francs, il fait partie du carré magique, milieu de terrain qui fit le bonheur de l’équipe de France lors des Coupes du Monde 1982 et 1986 à l’issue desquelles les Bleus terminent 4è et 3è. Capitaine emblématique de l’équipe de France, il remporte le Championnat Européen 1984.

ZICO
Son surnom en dit long sur son talent. Le «sorcier blanc» a passé l’essentiel de sa carrirère dans le club brésilien de Flamengo malgré un bref passage en Italie à Udinese. Issu d’une famille de footballeurs, il est considére comme l’un des meilleurs joueurs brésiliens de l’histoire. Auteur de 52 buts avec la Seleção, il n’a pourtant jamais gagné la Coupe du Monde. Il a en revanche remporté un nombre de distinctions indiviuelles incroyable.

MARADONA
Diego Armando Maradona est un enfant prodigue du football, filmé dés l’âge de 12 ans par une caméra de télévision. Aussi talentueux qu’irrévérencieux, il est le joueur argentin le plus célèbre jusqu’alors. Ses admirateurs lui vouent une passion mystique tandis que ces détracteurs ont parfois des difficultés à reconnaître son talent fou. Maradona est capable du meilleur – l’un des plus beaux buts de l’histoire du football – comme du pire – la Main de Dieu, l’une des tricherie les plus éhontées de l’histoire, et ce dans le même match. Décrié ou adulé, El Pibe del Oro est une star entre matchs de légende et dopage et prise de drogue, et un numéro 10 de légende. Champion d’Italie avec Naples, d’Argentine avec Boca Juniors et champion du Monde en 1986 avec l’Argentine. Entre autres.

ZIDANE
Elu à deux reprises «meilleur joueur français de l’histoire» par France Football et pour cause. Champion du Monde et Ballon d’Or en 1998, champion d’Italie en 1997 et 1998 avec la Juventus, d’Espagne en 2003 avec le Real Madrid et vainqueur de la Ligue des Champions en 2002, son palmarès parle pour lui. Métronome d’une équipe, il sent le jeu et l’organise, grâce à une technique hors-pair. Le minot des quartiers nord de Marseille fut l’une des personnalités préférées des français, l’idole d’une nation. Il achève sa carrière sur une ambivalence commune aux plus grands mythes : une panenka réussie en finale de Coupe du Monde contre l’Italie et un coup de tête destiné au défenseur italien Materrazzi. Un geste rentré dans l’histoire qui lui vaudra d’être expulsé, pour son dernier match professionnel.

RIVALDO
Milieu brésilen et attaquant, Rivaldo s’épanouit au FC Barcelone où il devient l’un des meilleurs du monde. Il y reste 5 saisons, au cours desquelles il remporte la Liga à deux reprises et le championnat d’Europe en 1997. Il rejoint le Milan AC en 2003 et remporte la Ligue des champions cette même année. Passeur et buteur de génie, il est finaliste de la Coupe du Monde en 1998 et sacré champion du Monde en 2002. Ballon d’or en 1999 et meilleur buteur de la Ligue des champions en 2000, il termine aujourd’hui sa carrière dans le club ouzbek de Bunyodkor.

TOTTI
Francesco Totti ou la légende de Rome. Un parcours en club facile à résumer : l’AS Rome et rien d’autre. Enfant prodige chéri, terrible de la capitale italienne, il est un meneur de jeu mythique du football italien. Nombreuses sont les distinctions personnelles qu’il a obtenues au cours de sa longue carrière. Il est champion d’Italie en 2001, finaliste de l’Euro 2000, Champion du Monde 2006.

Coupes du Monde : la long story / les années 2000

Pour la première édition en Asie, les magiciens brésiliens enlèvent le trophée lors du Mondial 2002, grâce notamment à un Ronaldo en état de grâce. L’Italie s’adjuge le titre suprême à Berlin en 2006, face à la France, après une finale épique, lors de laquelle eut lieu le coup de tête le plus célèbre de l’histoire du football.

Corée – Japon 2002 : Le Brésil de Ronaldo reprend ses droits (31 mai – 30 juin 2002)

Equipes présentes : Argentine, Brésil, Uruguay et Paraguay, Costa Rica, Mexique, Etats-Unis, Cameroun, Nigéria, Afrique du Sud, Tunisie, Arabie Saoudite, Corée du Sud, Belgique, Danemark, Allemagne, Angleterre, France, République d’Irlande, Italie, Croatie, Pologne, Portugal, Russie, Suède, Slovénie, Espagne et Turquie.

Pour la première fois de l’histoire, l’organisation du Mondial est confiée à deux pays conjointement et se déroule sur le continent asiatique. De nouvelles nations font leur entrée dans la compétition : l’Equateur, la Chine, la Slovénie et le Sénégal.
Championne du Monde en titre, la France ne marque aucun but, ne prend aucun point. C’est la pire performance réalisée par un champion du Monde sortant. Zinédine Zidane ne participe pas au premier match contre le Sénégal, perdu par les Bleus. Contre le Paraguay, les français ne peuvent faire mieux qu’un match nul. Une défaite contre le Danemark lors du dernier match des poules met fin aux minces espoirs des Bleus.
La grosse surprise vient de la Corée du Sud et des Etats-Unis qui se qualifient aux dépens du Portugal, favori, et de la Pologne. Si les Etats-Unis sont stoppés en quart de finale par l’Allemagne, future finaliste, la Corée du Sud boostée par son public réalise un parcours inattendu. L’équipe surprise d’Asie bat l’Italie en huitième, l’Espagne en quart. L’Allemagne met fin à cette dynamique de victoire. Des soupçons pèsent sur la neutralité de l’arbitrage qui permit à la Corée du Sud d’atteindre les demis. Des actions litigieuses contre le Portugal, l’Italie ou l’Espagne auraient bénéficié à la Corée du Sud.
L’Angleterre sort du groupe de la mort (Suède, Argentine et Nigéria) mais est stoppée par le Brésil en quart de finale. L’Argentine ne se qualifie pas pour les huitièmes.
La Seleção élimine la Belgique – avec l’aide d’un « coup de pouce » de l’arbitre qui refuse aux Belges un but valable – puis l’Angleterre et retrouve en finale l’Allemagne qui doit faire sans son meneur de jeu et buteur Michael Ballack. Ronaldo marque à deux reprises dans la seconde mi-temps (le premier sur une erreur du gardien Oliver Kahn) et devient le meilleur buteur de l’histoire du tournoi avec 16 buts, devant l’allemand Gerd Müller. Le capitaine de la Seleção, Cafu est le seul joueur à disputer trois finales successives. Le Brésil remporte sa cinquième coupe du monde.

Allemagne 2006 : Le Sommermächen de la Squadra Azzura (9 juin – 9 juillet 2006)

Equipes présentes : Costa Rica, Etats-Unis, Mexique, Argentine, Brésil, Equateur, Paraguay, Allemagne, Angleterre, Croatie, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Serbie-et-Monténégro, Suède, Tunisie, Arabie Saoudite, Corée du Sud, Iran, Japon et Australie.

La Coupe du Monde de la FIFA retrouve le continent européen. Le président du comité d’organisation est l’emblématique Franz Beckenbauer.
La France sort des poules de justesse après un début de compétition timide. Mais les Bleus se défont d’adversaires de grande qualité et aux ambitions importantes lors des confrontations directes : ils éliminent une Espagne accrocheuse, puis les magiciens brésiliens et les portugais déterminés qui avaient battu l’Angleterre. Le milieu de terrain Zinédine Zidane laisse parler sa classe et son immense technique, épaulé par des joueurs d’expérience et de talent comme Patrick Viera, Lilian Thuram, Thierry Henry et Franck Ribéry.
L’Allemagne, chez elle, fait un tournoi solide. En quart de finale, elle élimine l’Argentine et se retrouve en demi-finale face à l’Italie. La Squadra Azzura n’a pas survolé le début du tournoi : elle s’est timidement imposée face à l’Australie et l’Ukraine. Mais son réalisme a raison de la Manschaft et elle accède à la finale contre la France, qui se joue à Berlin le 9 juillet 2006. Le mach reste marqué par l’expulsion de Zindédine Zidane, le meilleur joueur de la compétition, suite à un coup de tête sur le défenseur italien Marco Materazzi. Ainsi s’achève une brillante carrière internationale. Le score de 1-1 partout à la fin des prolongations emmène les 2 équipes aux tirs au but. David Trezeguet rate son tir et l’Italie remporte son 4ème titre de champion du monde. Fabio Cannavaro fête sa 100ème sélection avec l’équipe nationale et est désigné meilleur joueur de la compétition juste derrière Zidane.