Archives par mot-clé : Coupe du Monde 2014

Coupe du Monde : Tops/Flops des premiers matchs

Toutes les équipes ont fait leur entrée dans la compétition. Des premiers matchs qui en disent sur la forme ou la méforme des acteurs principaux : tops et flops de ce début de Mondial 2014.

TOPS

Karim Benzema
L’attaquant français a retrouvé le sourire et le but. Un doublé – presque triplé – lors du premier match contre le Honduras lance idéalement une compétition. Véritable star au Brésil, l’attaquant du Real pourrait marquer les esprits pour sa première Coupe du Monde.

Les Pays-Bas
Il se sont engueulés à l’entrainement quelques jours avant le début de la compétition : normal pour l’équipe des Pays-Bas, sûre d’elle comme à l’accoutumée, presque suffisante. Il faut croire que le climat tendu dans le vestiaire et l’excès d’individualisme des stars leur vont comme un gant : une Manita contre l’Espagne, ça peut donner confiance pour la suite. De la défense à l’attaque, tout était maîtrisé et bien réalisé, à l’image du but de Van Persie et de celui de Robben, tous deux impressionnants en attaque.

Thomas Muller
A l’image de l’équipe d’Allemagne, intraitable contre le Portugal (victoire 4-0) sans forcer, Thomas Muller est l’homme des rendez-vous mondiaux de la Manschaft. Un triplé pour son premier match et un apport immense dans le jeu. La force tranquille.

Italie
Une petite victoire 2-1 contre l’Angleterre mais un grand match : l’Italie est solide et sérieuse. Comme d’habitude, la Nazionale répond présente lorsqu’il le faut. Dans ce groupe de la mort, elle a pris une bonne option pour la qualification sans trop forcer son talent.

Les arbitres
La polémique (inutile) du premier match entre le Brésil et la Croatie ne doit pas entacher l’arbitrage excellent de ce Mondial. Les arbitres laissent jouer et sifflent à bon escient et prennent globalement de bonnes décisions. Souvent critiqué, le corps arbitral de cette Coupe du Monde est – jusqu’à présent – à saluer. Le second but de la Suisse contre l’Equateur est un exemple d’arbitrage réussi : malgré la faute, l’arbitre laisse jouer, dans l’esprit du jeu.

FLOPS

Iker Casillas. Photo : Alfonso Jimenez.flickr.cc
Iker Casillas. Photo : Alfonso Jimenez.flickr.cc

Casillas
Il est directement responsable de 2 des 5 buts encaissés par l’Espagne. San Iker a complètement raté son premier match de Coupe du Monde, après avoir enchainé deux saisons compliquées au Real Madrid. Champion du Monde et double champion d’Europe avec la Roja, il doit retrouver rapidement la confiance qui lui manque.

Le Portugal
Un score sans appel et une médiocrité générale : les portugais n’y sont pas, ni physiquement, ni psychologiquement. Bento, le coach n’a pas su réagir face à un début de match catastrophique : rapidement menée 2-0, l’équipe nationale perd Pepe expulsé pour un geste provocateur idiot. Ronaldo nerveux, n’est pas parvenu à sauver les siens. Nani inexistant n’a pas non plus donner l’impulsion à ses partenaires. Dans ce groupe très relevé (Allemagne, Etats-Unis, Ghana), le Portugal n’a déjà plus le choix. Mais le futur n’est pas rose.

Hazard
La Belgique est passée complètement à côté de la première période lors de son match contre l’Algérie. Les diables rouges se sont ressaisis en seconde période et l’ont emporté grâce aux remplaçants. Eden Hazard a été bon, dangereux mais pas décisif. Un joueur de ce talent et de son expérience doit apporter plus en sélection. Vivement le prochain match contre la Russie.

Edison Cavani (maillot bleu) lors de la victoire de l'Uruguay face aux Pays-Bas lors de la Copa Confraternidad en 2011. Photo : Jikatu.flickr.cc
Edison Cavani (maillot bleu) lors de la victoire de l’Uruguay face aux Pays-Bas lors de la Copa Confraternidad en 2011. Photo : Jikatu.flickr.cc

L’Uruguay
On les imagine au second tour et même plus : c’est mal parti. Une défaite d’entrée 3-1 contre le Costa Rica. Ce vrai pays de football n’a déjà plus le droit à l’erreur alors qu’il doit affronter l’Italie et l’Angleterre. Suarez, Cavani, Caceres, Forlan et les autres devront aller puiser l’inspiration collective puisqu’individuellement, ils ont les armes. Simple accident de parcours ?

Messi
L’Argentine a remporté son premier match et il a inscrit un but. Pourtant, on attend plus de l’attaquant barcelonais : plus que d’essayer de jouer le sauveur à tout pris, plus que de vouloir prendre le ballon et dribbler une équipe entière à lui seule. Il doit faire plus simple et moins râler contre ses coéquipiers après une passe qu’il juge moyenne, au risque de rater sa Coupe du Monde brésilienne.

 

Coupe du Monde / Brésil-Croatie : premier match, premières polémiques

Le Mondial 2014 a débuté avec un Brésil-Croatie – entaché de polémiques autour de l’arbitrage – qui fait déjà beaucoup parler . La Seleção l’emporte 3-1, sans briller, la Croatie perd, sans démériter.

Les tribunes de supporters brésiliens. Photo : sophie_pr.flickr.cc
Les tribunes de supporters brésiliens.
Photo : sophie_pr.flickr.cc

La théorie du complot est en marche : le penalty accordé aux brésiliens pour un contact dans la surface entre Fred et le croate Lovren est au cœur des discussions au lendemain du match d’ouverture. Penalty ou pas ? Fred l’attaquant de la Seleção s’écroule – certes – facilement. Du reste, il y a contact : Lovren le retient. Si l’arbitre ne siffle pas, ce n’est pas un scandale. Mais il a sifflé : ce n’est pas un scandale non plus.

Au moment du penalty, il y a 1 partout en seconde période : les brésiliens ne parviennent pas à construire une attaque et sont loin d’être rassurants en défense. Le penalty sifflé puis marqué par Neymar redonne confiance au Brésil en même temps qu’il met un petit taquet derrière la tête aux Croates.

La fameuse théorie du complot

L’épisode penalty… et le carton rouge que Neymar aurait pu/dû avoir pour un coup de coude en première période : il n’en faut pas plus pour lancer la fameuse théorie du complot que l’on ressort à chaque litige. L’idée qu’il faudrait faire gagner les brésiliens à cause du climat social tendu est dans beaucoup de têtes ce matin. Et si le Brésil avait déjà gagné, sans même jouer ? Un coup de Sep Blatter ce trucage, certainement (sic).

Ou c’est l’essence même du foot, sa dimension humaine : un arbitre prend des décisions, contestables ou pas. Il juge en son âme et conscience, en homme qu’il est. Il interprète. Même si l’on pointe 20 caméras sur une même action, elle peut avoir 10 interprétations différentes en fonction de chacun.

Aucune équipe n’a réalisé une Coupe du Monde parfaite du début à la fin

Quant à la performance moyenne techniquement du Brésil, plusieurs choses sont à prendre en compte. La pression, l’émotion du premier match à domicile et dans le contexte social compliqué : toutes stars millionnaires qu’ils sont, les joueurs portaient sur leurs épaules une pression rare.

Puis dans le football moderne, aucune équipe n’a réalisé une Coupe du Monde parfaite du début à la fin, des matchs de poules à la finale. Pas même la belle Italie de 82, pas même l’immense Espagne de ces dernières années : aucun champion du monde ne survole la compétition du premier au dernier jour. Il faut un temps de rodage : le Brésil a peut-être encore besoin de se chauffer ?

Neymar s’est joué de la pression

Coupe du Monde 2014 : une marque brésilienne vend des T-shirts provocateurs… et taxés d’homophobie

Sergio-K-Copa-do-Mundo-2014-05Les supporters brésiliens pourront porter les maillots de la sélection nationale pour soutenir la Seleçao ou investir dans une série de T-shirts de la marque de vêtements Sergio K aux slogans provocateurs : Zidane is over, Messi bâtard ou Balotelli is a loser… Un second degré assumé et des boutades irrévérencieuses selon le créateur de la marque.

sergio1

Mais deux autres modèles sont accusés de porter un message homophobe : C. Ronaldo is gay (Cristiano Ronaldo est homo), Maradona Maricon (Maradona pédé). Si le créateur de la marque se défend de délivrer un message insultant à l’égard des homosexuels et parle de simples provocations, les sites AAVAZ et All Out ont lancé une pétition pour protester contre la mise en vente de ces T-shirts.

Les modèles en question, en plus de faire le buzz pour la marque, ont connu un grand succès et se sont vendus très rapidement au prix de 85 $ l’unité.

Plus de la moitié des Français suivront la Coupe du monde

64 % des Français ont l’intention de suivre le prochain mondial au Brésil ! KantarSport a dévoilé les résultats de son étude « La Coupe du Monde 2014 à la loupe » réalisée en ligne auprès d’un échantillon de 1 000 personnes de 15 à 65 ans, représentatif de la population française.

Les tribunes de supporters brésiliens. Photo : sophie_pr.flickr.cc
Photo : sophie_pr.flickr.cc

Des Français présents pour la Coupe du monde…

Alors que la Ligue 1 n’a pas encore rendu son verdict, tous les yeux sont déjà tournés vers juin. La Coupe du monde 2014, comme lors de chaque édition, sera scrutée avec attention par plusieurs centaines de millions de personnes aux quatre coins du globe. Et la frénésie semble déjà gagner l’hexagone : 64 % des Français suivront ainsi la prochaine compétition organisée au Brésil. Encourageant pour un pays dont la culture footballistique n’est pas ancrée dans les mœurs !

Kantar Sport CDM 2014 Brésil 1

… Mais pessimistes sur le parcours des Bleus

Si les Français répondront présents pendant la compétition, ils restent néanmoins réalistes sur le parcours de la sélection tricolore. Seulement 5 % des personnes interrogées pensent que les Bleus atteindront le firmament du football international en remportant la Coupe du monde. Même avec Evra en arrière gauche ?

Kantar Sport CDM 2014 Brésil 2

La presse concurrencée par internet

Pendant cette compétition, la presse aura fort à faire. Plus de personnes se disent ainsi enclines à suivre la compétition sur internet que via la presse papier. 58 % des individus de 15 à 24 ans interrogés affirment même qu’ils vont suivre le Mondial… sur les réseaux sociaux ! L’Equipe, dont le nombre de tirages dépendra du parcours des Bleus, n’a plus qu’à prier sur une Equipe de France victorieuse…

Kantar Sport CDM 2014 Brésil 3

Coupe du Monde 2014 : TF1 retrouve le sourire

Si TF1 n’a pas encore trouvé d’acheteurs pour les 36 matchs du Mondial 2014 que la chaîne a mis en vente à l’automne 2013, elle a en revanche commercialisé les espaces publicitaires de la prochaine Coupe du monde. Le jackpot, à en croire les tarifs dévoilés.

Photo : Sylvain Naudin.flickr.cc
Photo : Sylvain Naudin.flickr.cc

TF1 a dévoilé en février dernier la commercialisation et le prix de ses écrans publicitaires lors des matchs de la Coupe du Monde 2014. Des tarifs qui varient en fonction du parcours de la France, mais qui restent élevés et laissent présager de belles retombées pour la première chaîne française.

357 600 euros pour le « golden spot »

Le premier prix pour un annonceur sera de 6 000 euros bruts pour 30 secondes de pub diffusées lors du match de poule Angleterre-Italie. Pour celles de l’équipe de France (Honduras, Suisse, Equateur), le spot de 30 secondes coûterait 185 000 euros. Un prix élevé pour des rencontres de poule, rendu possible grâce aux horaires des matchs des Bleus en prime time (21h).
Les tarifs publicitaires du reste de la compétition sont annoncés ainsi : 165 000 euros en huitième (42 000 sans la France), 175 000 euros en quart (67 000 sans la France), 215 000 en demi (107 000 sans la France).
Les tarifs les plus élevés sont prévus pour la finale : 357 600 euros les 30 secondes pour un spot diffusé entre les hymnes et le coup d’envoi du match si la France est en finale – le « golden spot », le jackpot.

La qualification de la France pour la Coupe du Monde ne gâche rien, financièrement parlant

On est loin des déclarations de Nonce Paolini, le PDG de la chaîne. En septembre 2013, il déclarait : « Le seul soir où TF1 gagne de l’argent avec l’équipe de France, c’est quand M6 diffuse le match. » Puis il lançait dans une interview au Figaro avant la qualification de la France contre l’Ukraine pour le Mondial : « Honnêtement, d’un point de vue financier, l’équipe de France n’est pas indispensable à TF1. » Mais quand même : la qualification de la France pour la Coupe du Monde ne gâche rien, financièrement parlant.

TF1 a dépensé 130 millions d’euros pour s’offrir les droits télés de la prochaine Coupe du Monde au Brésil. Depuis novembre 2013, elle a mis en vente 36 matchs, qui seront vraisemblablement diffusés sur des chaînes payantes : une volonté de la part de TF1 qui serait alors, contrairement au Mondial 2010, la seule chaîne gratuite à retransmettre les matchs. Une aubaine financière.