Archives par mot-clé : Equie de France

Surcotés?

3 mois après le catastrophique Mondial africain, les Bleus repartent en campagne afin de décrocher une qualification pour le championnat d’Europe 2012. Un nouvel entraîneur et une équipe très largement modifiée ne suffisent pas à améliorer de manière significative les prestations sur le terrain, encore moins les résultats. Après la défaite contre la faible Biélorussie, il est peut-être enfin l’heure de se poser une question essentielle : les joueurs français sont-ils surcotés ?

Disons-le tout net : le football français tente de se refaire une image. La FFF n’a pas lésiné sur les moyens : un nouveau sélectionneur qui parle jeu et tactique en conférence de presse, des joueurs sanctionnés pour mauvaise conduite en Afrique du Sud et un licenciement pour faute grave à l’endroit de Raymond Domenech – pourtant si soutenu pendant 6 ans. A Clairefontaine, les Bleus sont plus accessibles et à l’écoute d’anciennes gloires adulées venues leur prodiguer conseils et encouragements. Au Stade de france donc, les supporters étaient au rendez-vous pour soutenir les nouvelles têtes françaises, jeunes ou de retour : Rami, Mexès, M’Vila, Ménez, Rémy ou encore Hoarau…
76 000 personnes pour encourager l’équipe de France. Au lendemain de l’épisode tragico-tragique du «bus de Knysna», peu aurait parié pour un tel accueil. Premier match de qualification, première défaite, contre une faible sélection biélorusse. Il sera compliqué de se qualifier pour l’Euro 2012, une tâche loin d’être aisée pour Laurent Blanc. Sans véritables leaders et avec trop peu d’expérience.

L’INEXPERIENCE

Elle était assez flagrante sur la pelouse du Stade de France. Des joueurs crispés par l’enjeu et qui n’ont pour la plupart jamais fait leur preuve dans des rencontres internationales. Rémy, Ménez, Hoarau, Rami, M’Vila… Excepté Malouda, on est loin des stars titulaires dans les grands clubs européens. Mexés est remplaçant à l’AS Rome, Clichy, Sagna, Diabi font leurs armes dans un club d’Arsenal privé de titres depuis trop longtemps et Benzema – qui fera son retour ce soir contre la Roumanie – est, certes pétri de talent, mais cire le banc du Real de Madrid depuis un an. Samedi dernier, il y eut bien quelques actions, de l’envie et beaucoup de possession de balle : en vain.

BRICOLAGE ET RECONSTRUCTION

Alors, s’opposent deux écoles. La première pleure les absents : Ribéry et Gourcuff – qu’il faudra parvenir à faire jouer ensemble, Nasri et Ben Harfa desquels on a attendu beaucoup depuis plusieurs années. Une séance de bricolage habile mêlant futurs-ex-talents, jeunes joueurs en devenir de ligue 1 et un ou deux noms européens. La seconde école préconise de prendre son temps pour reconstruire, mettre sur place des automatismes. Incontestablement, l’équipe de France a besoin de temps. On enfilait le maillot bleu quand on avait prouvé des choses, comme Kopa, Platini, Zidane. Aujourd’hui, on l’enfile pour prouver son talent. C’est certainement de là que vient l’erreur. Faire l’impasse sur l’Euro 2012 ne serait peut-être pas une si mauvaise idée. Si pour cette fois, le football français pouvait faire preuve d’humilité, comme ça, juste pour voir…