Archives par mot-clé : Espagne

Olé!

2 ans après sa victoire lors du Championnat d’Europe, l’Espagne s’adjuge le titre suprême. Emmenée par des joueurs de talent, la formation de Vicente del Bosque remporte la Coupe du monde pour la première fois de son histoire.

Les équipes d'Espagne et du Pays-Bas pendant les hymnes nationaux avant la finale de la Coupe du Monde 2010. Photo : olmed0.flickr.cc
Les équipes d’Espagne et du Pays-Bas pendant les hymnes nationaux avant la finale de la Coupe du Monde 2010. Photo : olmed0.flickr.cc

Le chemin jusqu’à la finale ne fut pas un long fleuve tranquille. L’entrée en matière, d’abord, est ratée. La Suisse bat la Roja, 1-0. Si les ibères font le jeu, comme à leur habitude, ils ne marquent pas. Un manque d’efficacité inquiétant pour une équipe qui monopolise à 70 % le ballon. Seulement voilà : cette année en Ligue des Champions, le FC Barcelone, qui compose le socle de la sélection nationale, a été battue par l’Inter de Milan. Les hommes de Guardiola passaient pour être imbattables mais Mourinho a trouvé et appliqué la parade : laisser le ballon aux Catalans, défendre à 11, étouffer le porteur, gêner la relance, empêcher la liaison entre milieux et attaquants et profiter, si l’occasion se présente, d’une contre-attaque. C’est ce qu’a réussi à reproduire la Suisse : bien en place, elle aura profiter des contre-attaques face à une équipe espagnole pas vraiment habituée à trouver un contradicteur. Pas encore rentrée dans le Mondial non plus, presque suffisante et avec un gardien en plein doute. Première défaite, histoire de se remettre un peu les pieds sur terre. Certainement un mal pour un bien.

Une finale rude dans laquelle de nombreux cartons ont été  distribués. Photo : algermino.flickr.cc
Une finale rude dans laquelle de nombreux cartons ont été distribués. Photo : algermino.flickr.cc

Si techniquement, l’Espagne est au-dessus des autres, les résultats sont timides et mitigés. 1-0 en huitième, quart et demi. Loin des scores spectaculaires de l’Argentine ou de l’Allemagne, l’Espagne assure, fait le minimum. Inquiète parfois aussi. Elle possède incontestablement les meilleurs joueurs du monde : Piqué et Puyol impressionnent en défense, Xavi, Xabi Alonso, Iniesta, Busquests sont les milieux de terrain les plus intelligents du tournoi. La bonne passe, le bon tempo, le bon choix. La classe. Oui, mais… En attaque, on peine à trouver le chemin des filets. Torres passe à côté des matchs. Villa en profite pour s’illustrer et s’impose comme le sauveur, tandis qu’el Niño est relégué sur le banc au profit du jeune Pedro, barcelonais… La Roja donne parfois l’impression de tourner autour de la surface adverse, telle une équipe de Handball, sans trouver la faille.

Contre les Pays-Bas en finale, il n’y avait pas photo. L’Espagne est un cran au-dessus techniquement et collectivement. Alors, tactiquement, les Pays-Bas optent pour la force : empêcher les espagnols de mettre en place et développer leur jeu passera par un combat rugueux et pas forcément correct. 8 cartons jaunes, 1 rouge pour les Oranje. Et c’est un moindre mal compte-tenu des fautes commises. Les Espagnols s’engagent aussi physiquement, à la limite parfois, et retombent dans leur travers : faire le jeu, garder le ballon, tourner autour de l’adversaire, sans marquer. L’atmosphère est tendue et la crispation palpable. Iniesta délivre les siens à la 113è minute. Tout un symbole pour ce milieu de terrain intelligent et doué, simple et discret, qui dédie cette victoire à deux jeunes joueurs de football espagnols décédés en 2007 et 2008. L’Espagne est championne du monde pour la première fois de son histoire. Et une bien belle championne.

Les mots du Mondial 2010

A la Coupe du monde, il n’y a pas que le football, il y a les bons mots, les mots d’esprit, les traits comiques… Entraîneurs, joueurs et anciens joueurs manient parfois l’ironie et l’humour, se laissent aller à des critiques et constats cinglants. Aperçu.

Cristiano Ronaldo
Cristiano Ronaldo

Oscar Tabarez, comique.
« Selon moi, la France est l’équipe la plus professionnelle de la Coupe du monde ». (3/06/2010)

Christiano Ronaldo, cuisinier.
« Les buts, c’est comme le ketchup : quand ils arrivent, ils viennent tous en même temps. Je ne suis pas préoccupé. Je travaille comme d’habitude. Dieu sait qui travaille et qui mérite. Je suis parfaitement tranquille. » (13/06/2010).

Diego Maradona, piquant.
« La place de Pelé est dans un musée. » (16/06/2010)

Patrice Evra, revanchard.
« Le problème de l’équipe de France n’est pas Anelka mais le traître qui est parmi nous. Il faut éliminer ce traître du groupe. » (20/06/2010)

Franck Ribéry, acteur.
« Bien sûr (le groupe) a explosé. C’est la France qui est en train de souffrir, je suis en train de souffrir. Je le dis honnêtement (…), tout le monde est en train de se foutre de nous dans le monde entier. J’ai les boules, parce que là on ne joue plus au foot ». (20/06/2010)

Wayne Rooney, susceptible.
«C’est bien de voir vos propres fans vous huer» (18/06/2010)

Marcello Lippi, classe.
« Je prends toutes les responsabilités pour ce qui s’est passé, si l’équipe n’a pas réussi un match aussi important, si l’équipe n’est pas capable d’exprimer ses possibilités, c’est que l’entraîneur n’a pas fait ce qu’il fallait, tactiquement, physiquement, ni psychologiquement. Je suis extrêmement désolé pour tous nos supporteurs, pour la Fédération, mais j’ai échoué » (24/06/2010)

Wesley Sneijder, gonflé.
« C’est super d’avoir quelqu’un comme Van Marwijk qui réussit à te donner de la sérénité et qui ne te transmet pas la panique. Après une première période difficile contre le Brésil, nous avons réussi à rester tranquilles. Je préfère avoir Van Marwijk sur le banc, plutôt que deux idiots comme Maradona ou Dunga » (05/07/2010)

Franz Beckenbauer, défenseur.
« L’équipe a prouvé qu’elle avait un avenir. Löw a dés lors encore une mission à remplir. » (10/07/2010)

Johan Cruyff, catalan.
«Le jeu qu’elle a développé contre l’Allemagne le prouve : l’Espagne, qui s’inspire du FC Barcelone, est la meilleure équipe au monde» (9/07/2010)

L’Europe sur le toit du monde

A la fin des poules, les équipes européennes semblaient avoir perdu de leur prestige. A la veille de la finale, force est de constater que le Vieux Continent domine le football mondial. Pays-Bas et Espagne s’affrontent pour la finale, Allemagne et Uruguay lors de la petite finale. Pour la première fois de l’histoire de la Coupe du Monde, un pays européen est sur le point de s’imposer en dehors de son continent.

Un Pays-Bas outsider…

Les bataves laissent une impression bizarre. Certes, ils ont gagné tous leurs matchs mais ils semblent fragiles dans bien des secteurs de jeu : le milieu de terrain et la défense ne se sont pas trouvés contre l’Uruguay. Alors, les points forts des Oranje sont ailleurs : des individualités talentueuses en attaque, Robben, Sneijder, Van Persie pour ne citer qu’eux. Entre la fougue des jeunes et l’expérience des plus anciens, les Pays-Bas ont de quoi surprendre : c’est bien Van Bronckhorst, 35 ans, qui débloque la situation contre l’Uruguay d’une frappe sublime. Tout un symbole. Le filou de 33 ans, Mark van Bommel, apportera lui aussi son expérience – et ses coups. Et puis, il y a le mental. Bien décidés à laver les affronts des deux finales perdues, les joueurs bataves semblent capables de beaucoup et prêts à tout.

… contre un grandissime favori.

David Villa célèbre son but contre le Portugal en huitième de finale. Photo : jikatu.flickr.cc
David Villa célèbre son but contre le Portugal en huitième de finale. Photo : jikatu.flickr.cc

L’Espagne est favori depuis le début du Mondial. Malgré de courtes victoires (1-0) depuis les huitièmes, la Roja semble en mesure de tenir son rang, grâce à son milieu de terrain, le meilleur du Mondial – et ce ne sont pas les Allemands qui diront le contraire : Xavi, Iniesta, Xabi Alonso et Busquets. La talentueuse Nazional Manschaft n’y a pas résisté. D’autre part, il semblerait que le gardien espagnol soit de retour : Iker Casillas sort un penalty et plusieurs beaux arrêts en quart et en demi. Reste l’énigme Fernando Torres. Il n’est pas titulaire contre l’Allemagne, conséquence de performances mitigées depuis le début du Mondial. Pedro lui est préféré et pour cause : le jeune catalan réussit un très bon match, malgré une occasion complètement gâchée en fin de partie. Une méforme qui profite à David Villa – un joyau, sauveur ou diamant, comme il vous plaira… Villa c’est 5 buts depuis le début du Mondial – comme Sneijder – et des beaux! Un mental d’acier et un talent fou. Si Villa va, la Roja gagnera…
Bon et puis Paul le Poulpe l’a dit. Alors…

Petite finale, grandes équipes

Uruguay et Allemagne s’affrontent tout à l’heure pour la petite finale. Coups de tête sent la formation de Löwe un brin supérieure, un brin favorite. Mais l’Uruguay a tellement de coeur et quelques très bons joueurs (Forlán, Caceres…), que le doute est permis. N’est pas Paul le Poulpe qui veut…

Coupe du Monde 2010 : pas de quartiers…

Diego Frolan tire un coup-franc lors du match Uruguay - Ghana. Photo : jkatu.flickr.cc
Diego Frolan tire un coup-franc lors du match Uruguay – Ghana. Photo : jkatu.flickr.cc

Au terme d’un match épique, l’Uruguay se qualifie pour les demis. Le Ghana perd aux tirs aux buts mais peut s’en vouloir de ne pas avoir su saisir sa chance en prolongations. Gyan râte le penalty qui aurait envoyé une équipe africaine pour la première fois de son histoire en demi-finale de Coupe du Monde.
Point noir de la rencontre : l’arrêt – magnifique – de l’attaquant Diego Suarez de la main sur la ligne du but. Le but ghanéen aurait tout changer. Une action qui vient renforcer la polémique sur l’arbitrage, mais ne change rien pour le Ghana, éliminé.

Le Brésil a mal joué. C’est dit. Une seconde période aussi ratée que la première fut réussie. Sauf que les joueurs hollandais ne sont pas des peintres. Erreur du gardien brésilien et tête du petit Robben, étonnamment seul dans la surface de réparation : 2 buts pour les bataves, qui font oublier la superbe ouverture du score de Robinho. Les brésiliens n’y étaient pas, alors que beaucoup en faisaient les favoris. Dunga démissionne. 4 ans pour préparer le Mondial chez eux. Le talent ne suffit pas.

Il était difficile de parier sur un vainqueur entre l’Argentine et l’Allemagne. Alors prédire le scénario du match… L’Allemagne inflige une correction à l’Albiceleste : 4-0. Sans appel. Même le Pibe del Oro n’a pas bronché : aucune réaction tactique de sa part. Il s’en ai juste remis à son homme qu’il imaginait providentiel, comme il le fut, pour débloquer la situation : Messi. Mais l’Allemagne, bien en place, étonnée d’avoir le contrôle du jeu, a su quoi faire du ballon. 90 minutes et 4 buts plus tard, l’Argentine s’en va de la Coupe du Monde. Maradona partira ou pas ?

Ce fut loin d’être une formalité pour la Roja. David Villa libère les siens à la 83è minute, après que chacune des deux équipes a manqué un penalty. L’Espagne joue bien mais manque des occasions et n’est pas encore à son meilleur niveau, à l’image de sa vedette Fernando Torres, buteur fatigué. Toujours est-il que, sans éblouir et claquer des buts, la Championne d’Europe en titre est là. Le Paraguay, inconsolable, laisse passer sa chance.

Coupe du Monde 2010 : les quarts de finale

La Coupe du Monde 2010 promet quatre quarts de finale, surprises et attendus. Il faudra déjà faire des adieux à de gros favoris et faire une place à des nouveaux arrivants ou revenants dans l’élite mondiale. Cette Coupe du monde, décidément, marquera l’histoire.

Des maillots du Brésil exposés en Afrique du Sud pendant la Coupe du Monde. Photo : Beraldo Leal.flickr.cc
Des maillots du Brésil exposés en Afrique du Sud pendant la Coupe du Monde. Photo : Beraldo Leal.flickr.cc

PAYS-BAS / BRESIL : POUR LE PLAISIR

C’est certainement celui qui promet le plus de spectacle. Deux équipes qui ne cachent pas leur ambition, celle de remporter le titre. Deux équipes au jeu technique, offensif et spectaculaire. Le Pays-Bas n’a pas démarré en trombe, comparé aux compétitions internationales précédentes. Plutôt tranquillement, mais sûrement, faisant le boulot, pas plus. C’est peut-être un signe… Le Brésil de Dunga, moins flamboyant, plus discipliné, peut cette fois, s’appuyer sur une assise défensive solide, n’oubliant en rien l’attaque, menée par Luis Fabiano, attaquant réaliste. Ça promet…

URUGUAY / GHANA : VERS L’HISTOIRE

Deux outsiders pour une place en demi. Le premier quart de finale oppose l’Uruguay, double Champion du monde au Black Stars du Ghana. Le duo d’attaquants uruguayens, Suarez-Forlán s’est défait de l’équipe de Corée du Sud. Le Ghana a disposé des Etats-Unis en prolongations. Un premier quart intéressant : l’expérience des joueurs sud-américains contre la jeunesse et la folie des jeunes ghanéens à l’image d’André Ayew, fils de l’ancien international Abedi Pelé.

ALLEMAGNE / ARGENTINE : LE CHOC DES TITANS

Impossible de signer dès maintenant pour un vainqueur entre ces deux grandes nations de football. L’Argentine, personne ne l’imagine sortir maintenant : talentueuse, solidaire, appliquée, elle a tout pour aller au bout. Sauf que l’Allemagne, c’est pareil : réaliste et disciplinée, elle a tout pour aller au bout. Aussi. La clé sera certainement la concentration argentine : l’équipe de Maradona est capable de phases de jeu irrésistibles puis décousues. Et puis ce choc, c’est aussi celui de deux styles de jeu qui s’opposent mais qui séduisent : l’inné argentin contre l’acquis allemand, le talent contre le travail. A voir.

PARAGUAY / ESPAGNE : OLA !

L’Afrique du Sud parlera Espagnol lors de ce quart 100% hispanophone. Pour la première fois de son histoire, le Paraguay se qualifie en quart de finale d’une Coupe du monde, à l’issue d’une séance de tirs aux buts contre le Japon. L’Espagne part évidemment favorite. Championne d’Europe en titre, elle pratique l’un des plus beaux jeux du monde et possède parmi les meilleurs joueurs de la planète. Reste que la Roja peut être battue : la Suisse l’a démontré lors du premier match. Un peu d’espoir pour les sud-américains.