Archives par mot-clé : France-Ukraine

France-Ukraine : les belles copies

L’équipe de France verra le Brésil en 2014. Les joueurs de Deschamps se qualifient malgré la défaite 2-0 au match aller à Kiev en battant l’Ukraine 3-0. Un petit moment que les Bleus n’avaient pas montré un tel visage. 70% de possession, 24 tirs, 84% de passes réussies. Les notes, plutôt bonnes et on vous prévient : ça fait drôle.

Lloris : 7/10
Il n’a pas eu grand chose à faire. Das bonnes relances et des balles à assurer dans les airs. Vigilant sur les rares occasions ukrainiennes. Pour une fois que les Bleus ne s’en remettent pas à ses exploits.

Evra : 5/10
Quand le niveau de jeu des coéquipiers s’élève, on voit à quel point son apport est mince : inexistant défensivement, il n’a la moyenne que grâce à quelques montées utiles, malgré un carton jaune à la 67ème.

Sakho : 9/10
Impérial en défense, il marque le premier but porteur d’espoir et pousse le défenseur ukrainien à marquer contre son camp. À se demander pourquoi Deschamps ne lui a pas fait confiance plus tôt.

Varane : 8/10
Pour sa 4èmesélection, le madrilène est solide, sur de lui, inébranlable. Blessé au genou jusqu’ici, difficile d’imaginer un autre titulaire en défense centrale.

Debuchy : 7/10 (remplacé par Sagna à la 77ème minute).
Un latéral comme on les aime: présent en défense et utile en attaque. Auteur de bons centres, il a amené le surnombre et le danger. Il aurait même pu s’offrir un but sur une belle volée.

Pogba : 8,5/10
Tout jeune mais déjà indispensable au milieu. La technique, le talent, le sens du jeu. Ça sent le grand milieu de terrain titulaire au Brésil.

Cabaye : 8/10
Voilà le milieu de terrain qui a manqué à l’aller à Kiev. Le relayeur capable de jouer vers l’avant, de distribuer correctement, d’anticiper. Cabaye, il faut qu’il soit là.

Matuidi : 7,5/10
Le roi de la récupération au milieu du terrain, c’est lui. Associé à Pogba et Cabaye, il s’offre le luxe de quelques montées bien senties.

Ribéry : 7,5/10
Il a haussé son niveau de jeu malgré le traitement de faveur des ukrainiens. Capable de faire la différence sur des accélérations et débordements, c’est toujours un atout d’avoir un tel joueur dans son équipe.

Valbuena : 7,5/10
Exit Samir et Loïc, bonjour Mathieu, et tant mieux ! Il obtient des coups francs, tente sa chance de loin, joue vite à une touche de balle : c’est le « monsieur plus » de la soirée.

Benzema : 7/10 (remplacé par Giroud à la 80ème minute)
Il marque un but refusé pour un hors-jeu inexistant et un but hors-jeu validé. Sans être étincelant, il a nettement plus apporté au collectif que dans les matchs précédents : plus mobile, plus inspiré. On attend plus : qu’il soit décisif parce qu’il a les occasions.

Equipe de France – Brésil 2014 : les clés de la qualification

L’équipe de France affronte dans une semaine l’Ukraine pour le premier match de barrage des éliminatoires pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil. Les Bleus restent sur une dynamique de victoires lors de ses derniers matchs (Biélorussie, Australie, Finlande), mais également sur les déclarations fracassantes d’Evra lors d’une interview donnée à Téléfoot le 20 octobre. C’est la dernière chance de s’offrir un ticket pour le mondial brésilien : les clés pour la saisir.

maillot equipe de france

Esquiver le sujet Evra

Avec sa grande expérience des médias, le sélectionneur Didier Deschamps a clos le sujet épineux d’Evra en conférence de presse : « Ce n’est pas ça qui doit occuper nos esprits. Je n’ai pas envie de rentrer dedans, et les joueurs non plus ne rentreront pas dedans. »
Clé numéro 1 : se concentrer sur le terrain et rien d’autre (et ce n’est pas si facile avec les joueurs français).


Deschamps refuse de polémiquer sur Evra par footmercato

Oublier l’Irlande (et la Bulgarie)

Des matchs de barrages pour les coupes du monde, l’équipe de France en a connus. Et s’en souvient. Le dernier contre l’Irlande est devenu une affaire « nationale » lorsque les français (amateurs et connaisseurs de football ou complets ignorants, politiques, écrivains, philosophes, animateurs, hommes publics) ont donné leur avis sur la main de Thierry Henry qui permit à Gallas d’inscrire le but égalisateur envoyant ainsi les Bleus à la Coupe du Monde en Afrique du Sud en 2010 (avec le succès qu’on lui connaît). Et il y eut le traumatisme de la Bulgarie le 17 novembre 1993 : à la 90ème minute de jeu, alors que la France est qualifiée pour le mondial américain, les bulgares marquent le but qui les envoient à la Coupe du Monde et élimine l’équipe de France. Presque 20 ans après, dur de ne pas y penser.
Clé numéro 2 : conjurer le sort des barrages.

La bonne dynamique

Depuis la victoire en Biélorussie, certes laborieuse, l’équipe de France, sans être brillante, a retrouvé un visage séduisant en même temps que le chemin des filets. Il est vrai contre des adversaires assez faibles, mais des intentions meilleures. Même Karim Benzema a marqué. C’est le moment de surfer sur cette vague de réussite.
Clé numéro 3 : s’appuyer sur la dynamique de succès retrouvés.


France Finlande : 3-0, les buts (Stade de France) par ffftv