Archives par mot-clé : Homosexualité

Un ex-international allemand, Thomas Hitzlsperger, fait son coming-out

L’ex-milieu de terrain de la Nationalmannschaft, Thomas Hitzlsperger, a révelé son homosexualité dans une interview donnée au magazine Die Zeit à paraître ce jeudi 9 janvier 2014. Cette annonce pourrait ébranler, même légèrement, le tabou autour de l’homosexualité dans le football.

Thomas Htzlsperger en 20006. Photo : Stefan Baudry.flickr.cc
Thomas Htzlsperger en 20006. Photo : Stefan Baudry.flickr.cc

Ils se comptent sur les doigts d’une main les retraités du football qui sortent du placard : Justin Fashanu (et sa fin tragique), l’ancien coéquipier de Michel Platini – Olivier Rouyer, le canadien David Testo, joueur de l’Impact de Montréal, le suédois Anton Hysen et tout récemment l’américain Robbie Rogers qui mettait, dans la foulée, un terme à sa carrière. Thomas Hitzlsperger, retraité depuis le mois de septembre ajoute son nom à la (courte) liste de ceux qui ont fait leur coming out. Fort de 52 matchs disputés avec l’équipe nationale de 2004 à 2011, il a participé à la Coupe du Monde 2006 et évolué sous les couleurs de plusieurs clubs importants en Europe : Aston Villa, Stuttgart, Lazio, Wolfsburg et Everton. « Je veux faire avancer la question de l’homosexualité dans le monde du sport professionnel » a-t-il déclaré au journaliste.

Les réactions ont été rapides et nombreuses. Sur Twitter, son ancien coéquipier Lukas Podolski, actuel joueur d’Arsenal, a salué le courage de ses déclarations.

« Bonne et courageuse décision. Respect, Thomas Hitzlsperger. Sa sortie est un signe important de notre époque ».

Joey Barton, l’enfant terrible du foot anglais a lui aussi réagi. Celui qui a participé à une campagne de lutte contre l’homophobie en septembre dernier salue le courage du joueur allemand déplorant qu’aujourd’hui encore les footballeurs soient contraints d’attendre leur retraite pour révéler leur préférence.

Une déclaration qui intervient plus d’un an et demi après celles de Philip Lahm, capitaine emblématique du Bayern Munich et de l’équipe allemande – ancien coéquipier de Thomas Hitzlsperger : «la société [n’est pas] arrivée au point où elle peut accepter des footballeurs professionnels gays, comme c’est déjà possible dans d’autres domaines». En réponse, le président de la fédération allemande de football Theo Zwanzige avait en revanche encouragé les joueurs professionnels à sortir du placard, malgré le risque de « conséquences négatives » sur leur carrière. Le coming out d’un joueur de football en activité n’est peut-être pas si loin.

Russie : la FIFA demande des comptes sur la loi anti-gay

Alors que la Russie accueillera la Coupe du Monde 2018, la FIFA, organisme organisateur du Mondial, a annoncé que le pays devrait s’expliquer sur la loi promulguée le 11 juin dernier. Un texte qui a soulevé depuis son vote un tollé dans certains pays, à l’heure où la Russie accueille en ce moment même les Mondiaux d’athlétisme.

supporter russe
Supporter russe en Autriche à Vienne en 2008. Photo : asiatique.flickr.cc

L’organisateur du Mondial 2018 demande des comptes à la Russie. Promulguée par le président Vladimir Poutine, la loi au cœur de la polémique vise à interdire la « propagande » homosexuelle devant les mineurs. Comprendre : il est interdit d’avoir un comportement homosexuel, de parler d’homosexualité, ou de défendre les droits LGBT devant un mineur. La FIFA a fait part de son besoin de clarifier les termes exacts de cette loi, rappelant que ses positions «prévoient une tolérance zéro contre la discrimination fondée, entre autres, sur l’orientation sexuelle».

La loi a provoqué un tollé dans des nombreux pays ainsi que dans les associations de défense des droits de l’homme. Prévoyant également de remplacer le mot homosexualité par le terme relations sexuelles non traditionnelles, il s’agit – sous couvert de questions sémantiques – de réintroduire la censure dans les médias sur les questions LGBT, dans un pays qui réprime violemment les gay pride et manifestations de lutte contre les violences homophobes depuis des années. Une vague de protestations, de pétitions, de manifestations s’est alors développée dans plusieurs pays démocratiques : manifestations devant l’ambassade russe à Londres et Tel-Aviv, déploiement des couleurs du rainbow flag dans les rues à Stockholm sur le chemin vers l’ambassade russe ou encore boycott de la vodka russe dans les bars homosexuels de Seattle, New York ou Montréal.

mascotte
Une des 3 mascottes des JO 2014 à Sotchi. Photo : maiak.info.flickr.cc

Après la question du boycott des JO d’été de Pékin en 2008, voilà posée celle des JO d’hiver de Sotchi qui débutent dans 6 mois. Ira-t-on ? N’ira-t-on pas ? Quid des athlètes et des supporters homosexuels qui se rendront sur place ? Lundi 12 août 2013, un communiqué du ministère de l’Intérieur russe a affirmé que les lois seront appliquées lors des JO, mais que les athlètes homosexuels pourront participer aux épreuves, s’ils restent discrets. Faut-il s’attendre à des arrestations d’athlètes décidés à parler ? Les entreprises sponsors des Jeux mais néanmoins gay friendly comme Coca Cola vont-elles se désengager ?

Les Mondiaux d’athlétisme, qui se déroulent en ce moment même à Moscou n’ont pas suscité de mouvement de boycotts ni de protestations de la part des athlètes. Seul l’américain Symmonds, vice-champion du Monde sur 800 mètres a pris la parole et s’est exprimé sur le sujet, soutenant les mouvements LGBT. Un geste symbolique… et isolé. L’attitude pendant les JO à venir en dira long sur celle pendant le Mondial 2018. En attendant le début des épreuves, la FIFA attend des réponses du gouvernement russe.