Archives par mot-clé : ochoa

Ochoa, gardien sulfureux

Hier soir, les lyonnais de Garde, pour leur première apparition au Stade Gerland cette année, n’ont pu faire mieux qu’un match nul 1-1 face au promu ajaccien. Non sans proposer un jeu alléchant, qui se veut à des années-lumière de l’ennui puélien des années précédentes, les Gones ont buté sur un des nouveaux phénomènes de la Ligue 1 : Guillermo Ochoa. Portrait d’un gardien mexicain, entre suspicion de dopage et transfert obscur au club corse…


Oliver Pantaloni, l’entraineur de l’ACA, peut remercier son portier mexicain. Auteur d’une prestation héroïque, Ochoa a porté à bout de bras une équipe corse, outrageusement dominée par un Lyon entreprenant. Certes, les mauvaises langues pourront dire que, celui qui est surnommé « Memo » depuis sa tendre enfance, a été chanceux de voir ses montants repousser à quatre reprises (!) les tentatives lyonnaises. De plus, ses arrêts des deux poings, quelque peu atypiques, ne rassurent pas forcément les plus sceptiques. Mais au final, le résultat est là.

Ochoa, prophète en son pays

Début dans le monde professionnel à l’âge de 17 ans avec l’America, international à seulement 19 ans, Ochoa a, pendant de nombreuses années, fait figure de petite perle du football mexicain. Ce parcours lui confère d’ailleurs un statut de véritable star du football mexicain. Possédant de juteux contrats avec Coca-Cola, Nike ou encore le groupe de télévision Televisa, Ochoa est bel et bien l’attraction de la « Primera Division ». Mais à l’image de nombreux prodiges surmédiatisés, Memo a soufflé le chaud et le froid tout au long de sa carrière. Doté d’une détente impressionnante sur sa ligne de but, il est malheureusement coupable de plusieurs fautes de concentration avec le club mexicain. Conséquence, il se retrouve, lors de la Coupe du Monde 2010, sur le banc des remplaçants, au profit du vieillissant Oscar Perez.

Régulièrement annoncé dans les plus grandes écuries européennes depuis plusieurs saisons (Arsenal, Manchester United…), Memo a enfin décidé de franchir le pas, cet été. Annoncé par le sélectionneur de la « Tri » qu’il irait au PSG, il se retrouve, à la surprise de tous, du côté de l’ACA. Ce destin n’est pas sans rappeler celui de l’ancien stéphanois Benalouane, qui pensait signer à la Juventus, pour finalement atterrir à Cesena.

Ochoa, un Benal-two ?

L’arrivée du gardien mexicain en Ligue 1 est pour le moins opaque. Ajaccio avait besoin de trouver un accord financier avec America, le club d’Ochoa, qui était pourtant en fin de contrat. Comment attirer une telle pointure quand on possède le plus petit budget de l’élite ? Tout simplement en recevant un « petit » coup de pouce du groupe Televisa ! Détenteur des droits télévisuels de la Ligue 1 au Mexique pour cette saison, et « accessoirement » propriétaire du club mexicain, Televisa se propose de régler la contrepartie pécuniaire… Étrange, vous avez dit ?

Il faut dire que les suspicions de dopage d’Ochoa, et de quatre de ses coéquipiers, lors de la dernière Gold Cup, ne plaident pas en sa faveur. Contrôlés positif au clenbutérole le 21 mai dernier, un contre-examen a finalement démontré l’innocence des joueurs mexicains. La fédération mexicaine a beau avancer l’hypothèse d’une intoxication alimentaire, de nombreux clubs du Vieux Continent ont sans doute été refroidis par cette affaire, le PSG et les nouveaux propriétaires qatariens en tête, en quête d’une habilitation de la cause souveraine au sein de l’échiquier mondial. Ochoa l’affirme lui-même, pendant cette affaire, « Ajaccio était le seul club qui m’a alors soutenu et proposé de venir ».

Au final, seul la vérité du terrain nous démontrera si le club insulaire aura fait LA bonne affaire du mercato hexagonale. Une chose est sûre, le footballeur, et philosophe à ces heures perdues, Ilan, a déjà un avis tranché sur la question : « Ochoa est un jeune gardien qui voulait découvrir l’Europe. Aujourd’hui, c’est l’Europe qui le découvre. » C’est JCVD qui va être content.