Archives par mot-clé : Samir Nasri

Ces agents de joueurs qui vont faire le mercato

Jorge Mendes, Jean-Pierre Bernès. Ils sont agents de joueurs de football et s’activent depuis quelques mois pour défendre les intérêts de leurs clients et négocier d’éventuels transferts avec de grands clubs, parfois à prix d’or.

Jorge Mendes

Ils sont célèbres dans le monde du ballon rond. Jean-Pierre Bernès pour la France : cet ancien membre de la direction de l’OM pendant les années Tapie est écarté du monde du football en 1994 suite à l’affaire OM-VA. La FFF lui interdit à vie de reprendre une licence pour revenir dans le monde du football, mais la FIFA lève l’interdiction deux années plus tard. Il revient dans le football en tant qu’agent de joueur, et non des moindres : Jérémy Ménez, Samir Nasri, Franck Ribéry, Laurent Blanc ou encore Didier Deschamps font appel à lui pour gérer leurs intérêts. Un passé sulfureux – il a également été condamné dans l’affaire des comptes de l’OM – mais Jean-Pierre Bernès s’est imposé comme un agent puissant dans le monde du football.

A l’étranger, Jorge Mendes est certainement le plus célèbre et celui qui, partit de pas grand chose, a réussi à en faire de grandes. Il a déjà réalisé les gros transferts de deux de ces protégés vers l’AS Monaco, dirigé par le millionnaire russe Rybolovlev : Moutinho et James Rodriguez, en provenance de Porto, joueront sous les couleurs monégasques la saison prochaine, pour la bagatelle de 70 millions d’euros. Le plus gros coup du mercato est pour le moment la signature de Falcao, l’attaquant colombien qui a éclaté à l’Athletico Madrid et fait rêver les plus grands clubs du monde. Il rejoint également le Rocher, un promu qui ne jouera pas l’Europe. Jorge Mendes, agent et conseiller, c’est une entreprise – Gestifute – qui gère une cinquantaine de joueurs portugais et d’Amérique du sud. Agent du spécial One Mourinho depuis qu’il a remporté la coupe de l’UEFA avec Porto, Jorge Mendes a fait la pluie et le beau temps ces dernières années en Liga : Pepe, Coentrao, Di Maria ou encore Cristiano Ronaldo. Nul doute qu’il continuera cet été sur le marché des transferts.

Arsenal : la mauvaise passe

La réception de Liverpool s’annonçait compliquée pour les Gunners. L’équipe de Kenny Daglish souhaite s’éviter une saison ratée comme celle de l’an dernier. L’équipe d’Arsenal, décimée par les blessures et les suspensions, a sombré à l’Emirates, s’inclinant sur le score de 2 à 0.

Nasri toujours Gunner

Une surprise en ce samedi après-midi sur la pelouse de l’Emirates Stadium : Samir Nasri est titulaire. Celui que l’on annonce à Manchester (City ou United) a joué contre Liverpool et livré une très bonne copie. Il se montre volontaire et dangeureux sur quelques actions. De belles percées, de belles courses et de bonnes oaccsions qui ont frôlé le poteau : l’international français est encore Gunner pour le moment. Difficile de savoir jusqu’à quand. Mais sa présence dans les rangs d’Arsenal a soulagé une équipe décimée par les blessures et les suspensions.

Blessures, suspensions, etc…

C’est un leitmotiv à Arsenal : les cadres sont blessés et souvent, trop souvent. Un problème récurrent qui empêche les londoniens de conquérir des titres. Des blessés et des suspendus : au total, huit titulaires absents dés la deuxième journée de championnat (Song, Gervinho, Traoré, Gibbs, Rosicky, Diaby, Wilshere et Djourou). Koscielny se bloque le dos au bout d’un quart d’heure. De nouveaux jeunes joueurs ont alors foulé la pelouse pour leur premier match en Premier League, avec les risques que cela comportent : Frimpong, auteur d’une prestation mi figue-mi-raisin, écope d’un second carton jaune pour une faute inutile et laisse ses coéquipiers à 10. Pour le reste, c’est comme d’habitude : Arsenal est capable d’actions remarquables, d’éclairs offensives, et de monstrueuses absences en défense. Des errements récurrents qui deviennent préoccupants. Liverpool a su en profiter.

Liverpool se lance

Le recrutement des Reds est estampillé « Premier League » : Stewart Downing, Charlie Adam, Jordan Henderson et José Enrique. Le « King » Daglish n’a pas l’intention de passer à côté de ce début de saison, d’autant qu’il faut éviter de réitérer les mauvaises performances de l’an passé. Les joueurs de Liverpool ont livré une bonne prestation, surtout en deuxième période, lorsqu’Arsenal s’est éteint. José Enrique, « le taureau », a tenu son couloir en défense; Kyut a harcelé le porteur du ballon; Downing a malmené Jenkinson, son jeune vis-à-vis Gunner; Suarez a fait une entrée remarquée, amenant le premier but et marquant le second. Liverpool pourrait cette saison retrouver sa place en haut du tableau de la Premier League. Les Gunners en revanche, pourrait bien la perdre…

Arsenal retombe dans ses travers


Hier soir, Arsenal faisait sa rentrée en Ligue des Champions, affrontant en tour préliminaire la surprenante équipe italienne de l’Udinese. Si les Gunners ont remporté 1-0 ce match aller, ils ne sont pas pour autant parvenus à maîtriser la rencontre, ni à rassurer leurs supporters. A l’aube de matchs importants pour le championnat (contre Liverpool et Manchester United), les hommes de Wenger ne sont pas encore remis d’une fin de saison dernière ratée et d’un été agité.

Une trêve estivale tendue

Au commencement de cette nouvelle saison, il y eut d’abord la cacophonie estivale. L’absence de titres, l’incertitude du cas Wenger, les velléités de départ de certains cadres : de quoi fragiliser un groupe. Il a fallu du temps pour résoudre le cas Fabregas, parti aujourd’hui à Barcelone. Nasri, courtisé par les deux Manchester, souhaite quitter Londres pour rejoindre Manch’City – à l’image de son ancien coéquipier Gaël Clichy. Le dossier traîne, peine à se régler et les rapports entre le joueur, le club et les supporters ne sont pas au beau fixe. Si Wenger a été confirmé à la tête des Gunners, il faudra cette année remporter un titre. Rien ne semble plus compliqué pour le tacticien français, au vue de la performance d’hier soir.

Le pire et le meilleur

Le match à l’Emirates contre une bonne équipe d’Udinese a été le triste reflet de ce qu’est capable le club du nord de Londres : le pire défensivement et le meilleur avec des coups d’éclats en attaque. Theo Walcott inscrit le seul but de la rencontre à la 4è minute sur une action de qualité. Quelques éclairs ont étayé la rencontre, grâce au jeune anglais et à la nouvelle recrue Gervinho qui séduit les fans au fur et à mesure des matchs. Arsenal a du talent et parfois de la maîtrise du jeu. Mais défensivement, l’équipe est fébrile et inquiétante. Il faut des interventions quasi-désespérées de Djourou ou Song dans la surface pour empêcher la maison Gunners de sombrer. Les relances furent compliquées souvent râtées. Le milieu de terrain a, comme à son habitude, eu ses absences, incapable d’enchaîner deux passes correctes. Il a fallu un excellent Sagna, un percutant Gervinho et un solide Szczęsny dans les cages pour préserver le score.

Des blessures à répétition

Le jeu n’est pas rassurant, l’état de forme des joueurs non plus : Ramsey et Rosicky, prometteurs mais souvent blessés, ne pourront combler le vide au milieu de terrain laissé par Nasri – s’il part – et Fabregas. Wilshere serait blessé pour les prochains matchs, ainsi qu’Abou Diaby. La défense est décimée : Gibbs et Djourou sont sortis sur blessure hier. De très jeunes recrues ont fait leur début à l’Emirates hier mais des renforts expérimentés sont indispensables. Le bout du tunnel semble encore loin pour Wenger, contesté en fin de saison dernière. Le coach emblématique, s’il n’a pas remporté pas de trophée l’an dernier, pouvait tout de même s’appuyer sur un jeu enlevé, de qualité, rapide et agréable à regarder qui réjouissait les joueurs et le public. Aujourd’hui, on voit mal comment ces Gunners-là pourraient remporter cette année un titre. Et si le jeu est à l’image de celui d’hier, la saison d’Arsenal pourrait vite devenir compliquée.