Archives par mot-clé : Série A

Série A : la Juventus de Turin s’installe au sommet

En battant Palerme hier 1-0 grâce à un penalty de Vidal, la Juventus de Turin a remporté son 29ème titre de champion d’Italie. Une saison survolée de bout en bout par les bianconeri. La Juventus, championne la saison précédente, s’installe au sommet, après quelques années d’errance.

624_341_aaf12f5e0109042a4d66a923f73a17be-1367766214

Championne de Série A l’an dernier, la Juventus confirme sa domination sur le football transalpin et s’adjuge un nouveau titre de champion d’Italie. Le club le plus titré de l’histoire du football italien en a fini des années compliquées, au cours desquelles l’équipe piémontaise ne parvenait pas à retrouver l’élite. Une descente en série B suite aux affaires du Calciopoli en 2006, une remontée difficile l’année suivante, puis des années de reconstruction : la Juventus pointait depuis plusieurs saisons au milieu du tableau. Et malgré un effectif prometteur sur le papier, la saison 2009-2010 est décevante. Les arrivées en 2011 de Pirlo, en fin de contrat avec Milan, Mirko Vučinić de la Roma, Arturo Vidal du Bayer Leverkussen et surtout Antonio Conte, légende du club, sur le banc redonnent des couleurs à « la Vieille Dame ». Avec Andrea Agnelli au poste de directeur sportif, la Juventus renoue avec la famille Fiat, qui a fait l’Histoire du club. Il monte en puissance, jusqu’à décrocher le titre l’an passé. Ce second sacre hier installe définitivement la Juventus sur le toit du football italien.

Hier, dans le Juventus Stadium, les supporters de la Juventus affichaient un tifo sur lequel on pouvait lire « 31 », comme le nombre de victoire finale en série A, si l’on compte les deux titres retirés suite à l’affaire du Calciopoli.
Hier, dans le Juventus Stadium, les supporters de la Juventus affichaient un tifo sur lequel on pouvait lire « 31 », comme le nombre de victoire finale en série A, si l’on compte les deux titres retirés suite à l’affaire du Calciopoli.

Un sans faute

Il n’y aura pas eu de répit pour les adversaires. La Juventus est restée en tête toute la saison, solide et sérieuse. Même lorsqu’il y eut des phases plus délicates avec un match nul contre la Lazio, et une défaite contre Milan, les coéquipiers de Pirlo sont restés mobilisés, comme l’a souligné Buffon après le titre sur Sky Sports : « Depuis la première journée nous avons tiré le meilleur du groupe, et nous avons su gérer les phases moins bien». Victorieux contre les ennemis directs – l’Inter, le Milan, la Lazio – les performances en Ligue des Champions n’ont pas déçu. Eliminés contre le Bayern Munich en quart de finale, les turinois avaient réalisé un parcours parfait : ils terminent premier de leur poule, éliminant au passage le tenant du titre Chelsea. Un grand nombre d’observateurs pariait sur une finale en LDC : stoppés par les munichois, les turinois n’ont pas démérité. Les ambitions affichées pour la saison prochaine sont européennes et le recrutement estival devrait aller dans ce sens. Llorente, international espagnol, viendra renforcer l’effectif au mercato. De nombreux grands noms sont évoqués du côté du Piémont (Higuain, Sánchez, Ibrahimovic). En attendant, la Juventus peut compter sur de nombreuses et belles individualités, confirmées ou prometteuses.

Pirlo et Pogba : le prof et l'élève.
Pirlo et Pogba : le prof et l’élève.

Un effectif cohérent et de talent

Comme à son habitude, la « fiancée d’Italie » telle qu’on surnomme la Juventus, est le réservoir de l’équipe nationale italienne : Buffon, gardien emblématique et capitaine, Pirlo, Chiellini, Barzagli, Bonucci, Marchisio, Matri… Le club s’est appuyé sur des joueurs d’expérience avec des automatismes solides pour produire un jeu agréable et efficace. Mais le secret de la réussite réside également dans la capacité de savoir intégrer des joueurs de talents. Ainsi, en attaque, Vučinić et Vidal auront inscrit des buts importants, décisifs même. Enfin, au milieu du terrain, cette saison est marquée par l’émergence de Paul Pogba, le français de 20 ans qui a éclaboussé l’Italie de son talent. Auteur de 5 buts, il participe à 37 matchs lors de sa première saison chez les bianconeri et s’impose au côté de la légende Pirlo. Hier, il a reçu un carton rouge après avoir craché sur un joueur adversaire : une tâche sur une saison réussie. L’avenir reste cependant prometteur pour Paul Pogba et s’annonce sous les meilleurs auspices pour la Juventus de Turin.

Championnats européenns : c’est plié

Mi-mars, la Premier League, la Bundesliga, la Liga et la Série A ont leur champion. Le suspens existe encore (un peu) en Ligue 1, mais n’est plus, chez les voisins. Tour d’horizon des – déjà – champions en Europe.

Manchester United vers le titre de Champion d'Angleterre.
Manchester United vers le titre de Champion d’Angleterre.

Manchester United, the boss
Aucune équipe – et à aucun moment de la saison – n’est parvenue à inquiéter l’équipe de Sir Alex Ferguson. En tête avec 15 points, Manchester United porte quasiment déjà l’écharpe de champion d’Angleterre, et pourrait, en gagnant tous ses matchs restant, obtenir 101 points en fin de saison. Respect.

Le Bayern Munich intraitable
Pas le moindre suspens non plus en Bundesliga : le Bayern Munich écrase le championnat. 20 points d’avance sur Dortmund, un Ribéry qui a marché sur l’eau, un Muller de grande classe : le club bavarois file très tranquillement vers le titre. Reste l’Europe à conquérir. Loin d’être impossible.

Barcelone, la force tranquille
Des coups de « moins bien » dans la saison. N’empêche : le FC Barcelone s’enfuit vers le titre. En ne faisant pas leur plus belle saison de l’Histoire, les Blaugrana précèdent le Real Madrid de 13 points. Villa de retour, Messi irrésistible, le Barça claque. Le titre semble promis à la capitale catalane.

La Juventus Turin s’échappe
L’équipe de Conte éclabousse l’Italie de son talent. Avec 11 points d’avance sur la surprenante et intéressante équipe de Naples, la Vieille Dame, n’aura pas volé son titre de Série A. Encore en course en Ligue des Champions, Pogba et ses coéquipiers pourraient également créer la surprise sur la scène européenne.

Pendant de ce temps en Europe

Les gros souffrent en Angleterre, le Real et le Barça s’installent doucement mais sûrement en tête, l’Inter retrouve son fauteuil de leader et Mayence 05 crée la surprise. De surprises en banalités…

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas en Premier League. Les gros n’ont cette fois pas brillé…du tout. Chelsea perd à Manchester City. But de Tévez. Arsenal est défait à l’Emirates contre West Bromwich, 3-2 après avoir été mené 3-0. Rien de bien glorieux pour les Gunners. Liverpool est tenu en échec par Sunderland 2-2 et Manchester United par Bolton sur le même score. Au classement : Chelsea, ManUn, Arsenal et ManCity. Pas de quoi s’affoler non plus. Pour son premier match sur le banc d’Aston Villa, Gérard Houiller voit son équipe s’imposer à Wolverhampton. Newcastle perd contre Stoke City, avec un Ben Arfa discret.

En Liga, Barcelone s’éclate à Bilbao : 3-1 pour les Catalans. Buts de Busquets, Xavi et Keita : autrement dit, le milieu du Barça s’impose. Le Real de Mourinho aurait pu passer devant le FC Barcelone mais il rate le coche, comme Higuain a raté les occasions. Un 0-0 contre Levante, peu enthousiasmant. Du coup, Valence en profite pour s’emparer de la premier place, après une victoire contre Gijón. Tiercé gagnant pour le moment – probablement pas encore dans l’ordre : 1er, Valence, 2ème Barça, 3, Real Madrid. L’Atletico Madrid pointe à la 4è place après une victoire contre Saragosse.
La Liga semble bien réussir à David Trezeguet. L’ancien turinois plante un doublé contre Séville et permet à son club promu d’Alicante de rejoindre la 7è place, et au club andalou de virer son entraîneur ce lundi. Antonio Alvarez est NPPH (ne passe pas l’hiver). Gregorio Manzano, l’ancien coach du Real Majorque lui succède. Autre doublé : celui de l’ancien bordelais Fernando Cavenaghi sous les couleurs de Majorque contre le Real Sociedad.

En Série A, Cesena, le petit poucet, dégringole à la 8ème place après une défaite contre Naples, 4-1. Malgré sa victoire 1-0 contre l’Inter de Milan, l’AS Rome est toujours dans le bas de tableau : 18ème avec 5 points. Mexès et le club de la capitale vont mal. Le Milan AC retrouvent des couleurs en s’imposant 1-0 contre le Genoa. But de Zlatan. Le Club des « 4 fantastiques » est 5ème. Pour la Vieille Dame, c’est une fois sur deux : victoire contre Cagliari, 4-2 avec un triplé de Krasic. Le trio de tête, probablement pas gagnant : Inter, Lazio, Chievo Verone.

Cette année, la suprise c’est Mayence en Allemagne. Non content d’être en tête, l’équipe de la ville de Mainz s’offre le luxe de battre le Bayern Munich à l’Allianz Arena, rien que ça. Un Bayern orphelin de Ribéry et Robben qui ne fait mieux que la 9ème place avec 8 points. La jeune équipe de Borussia Dortmund crée aussi la sensation : 2ème avec 15 points à 3 points du premier. Un duo inattendu. Hanovre, Hoffenheim, Wolfsburg suivent alors et pourraient bien se frayer une place dans le duo de tête.
En bas, Schalke 04 et Stuttgart semblent incapables de décoller. Les joueurs d’expérience (sic) de Schalke ont sauvé les meubles : Huntelaar et Raul égalisent contre le Borussia M’gladbach. La Bundesligue ennuyeuse : qui oserait dire ça ?