Archives par mot-clé : Suède

Les absentes de la Coupe du Monde 2014

Vendredi 6 décembre aura lieu le tirage au sort des groupes de la Coupe du Monde 2014. 32 équipes sont qualifiées, parmi elles, toutes les sélections championnes du monde depuis la création de la compétition. Restent quelques sélections attendues mais absentes, qui ne fouleront pas les pelouses brésiliennes l’été prochain.


Afficher Les absents du Mondial 2014 sur une carte plus grande

Euro 2013 : pourquoi les Bleues peuvent remporter le titre

La France entre en compétition ce vendredi 12 juillet. Pour son premier match de l’Euro 2013 en Suède, elle affronte la Russie à 18h (à suivre en direct sur W9). Les Françaises, fortes de bons résultats dans les dernières compétitions internationales, peuvent nourrir l’espoir d’atteindre le dernier carré, voire de décrocher le titre européen.

L'équipe de France lors d'un match contre l'Allemagne le 5 juin 2011.
L’équipe de France lors d’un match contre l’Allemagne le 5 juin 2011.

Une bonne dynamique
Les Bleues ont réalisé une belle Coupe du Monde en 2011. Quatrième, derrière des cadors, elles goûtent à la joie de belles prestations sur la scène mondiale. Idem en 2012 lors des JO de Londres. Une défaite en demi-finale contre le Japon mais il ne s’en est pas fallu de beaucoup. Au vu des performances donc, les Françaises peuvent aller plus loin.

Des joueuses d’expérience
L’effectif français est composé de joueuses expérimentées, en équipe nationale et en club. Prédomine l’Olympique lyonnais, plusieurs fois champion de France, double tenant du titre de la Ligue des Champions et finaliste de la dernière édition : Louisa Nécib, Wendy Renard, Camille Abily, Elodie Thomis ou encore Eugénie Le Sommer… La capitaine de l’équipe, Sandrine Soubeyrand, 39 ans, joueuse du FCF Juvisy, affiche également une expérience importante dont l’équipe devra tirer profit.

Un collectif bien huilé
Cette génération de joueuses a des automatismes. Sur le terrain, elles se trouvent sans problème, jouent vite, sont capables de combinaisons rapides et peuvent en une accélération laisser les adversaires sur place. Une force dans un football féminin sans cesse en amélioration tant physiquement que techniquement.

Des adversaires à portée de main
Les Bleues n’auront pas de complexes à avoir : elles ont battu la Suède en quart-de-finale des JO, elles ont fait bonne figure contre le Japon et n’ont pas démérité contre les Etats-Unis. Elles sont capables d’aller gêner les Allemandes et de créer la surprise face aux Suédoises devant leur public. Les joueuses de Bruno Bini n’ont pas à rougir et sont en mesure de bousculer la hiérarchie européenne en place jusqu’ici.

Une ferveur nationale qui monte
Les matchs seront diffusés pendant l’Euro, les rencontres de Ligue des Champions de l’OL ont été plus médiatisées que les années précédentes. Le sport féminin français connaît le succès depuis quelques semaines (l’équipe de France de basket vice-championne d’Europe, Marion Bartoli sacrée à Wimbledon) : les Françaises pourraient surfer sur la vague et compter sur un soutien national important.

Euro 2013 : les équipes favorites

Mercredi 10 juillet débutera le championnat d’Europe de football féminin en Suède. Les plus grandes équipes européennes sont dans les starting-blocks : tour d’horizon des favorites pour le titre européen.

L'équipe de Suède face à l'équipe d'Allemagne lors du championnat du monde 2003.
L’équipe de Suède face à l’équipe d’Allemagne lors du championnat du monde 2003. Photo : ExperienceLA.flickr.cc

L’Allemagne, la valeur sûre
Tenante du titre et vainqueurs à 5 reprises du trophée européen, l’Allemagne est la favorite du tournoi. Sa domination sur le football européen est incontestable. En match amical contre les championnes du monde japonaises, les Allemandes ont dominé et se sont imposées, 4 à 2. Même si les nombreuses blessures ont décimé l’effectif, l’Allemagne reste la principale postulante au titre.

La Suède, sur ses terres
Troisième du dernier mondial, la Suède est une grande nation de football féminin : championne d’Europe en 1984 puis finaliste à 3 reprises, elle aura l’avantage d’être à domicile, devant ses nombreux supporters. Avec une Lotta Schelin en pleine forme en attaque et une grande motivation, nul doute qu’il faudra compter avec les Suédoises dans la bataille pour le trophée.

La France, une bonne dynamique
Tête de série lors du tirage au sort des poules, la France est en constante progression depuis quelques années. Une belle prestation aux JO lui a permis de décrocher une 4ème place (après les Etats-Unis, le Japon et le Canada). Idem lors de la Coupe du Monde 2011 : elle termine au pied du podium, derrière les Etats-Unis, le Japon et la Suède. Cet Euro 2013 sera peut-être l’occasion pour les joueuses de Bruno Bini de franchir un palier supplémentaire en s’imposant face au gratin européen.

Les Pays-Bas, l’équipe en forme
Les bataves sont dans un groupe compliqué et devront se défaire de l’Allemagne, la Norvège et l’Islande. Mais si elles atteignent les quarts de finale, alors elles pourraient s’imposer comme outsider. Demi-finalistes en 2009, elles restent sur deux larges victoires en match de préparation (contre la Serbie 4-0 et l’Australie 3-1) : un coup à jouer ?

L’Italie, la surprise ?
Quart de finaliste en 2009 et championne d’Europe des moins de 19 ans 2008, l’Italie sera aux prises avec la Suède, la Finlande et le Danemark dans le groupe A des phases de poule : pas simple donc. Mais si elles parviennent à se qualifier, alors elles pourraient surprendre et pourquoi pas, se faire une place sous le soleil suédois.

Les adversaires des Bleus

L’équipe de France rentre en compétition à 18 heures en affrontant l’Angleterre, puis l’Ukraine et la Suède. Sans être le groupe de la mort, il n’en reste pas moins compliqué. Forces et faiblesses des adversaires en présence.

ANGLETERRE
Force – la nouvelle génération de joueurs talentueux (Caroll, Chamberlain, Welbeck).
Faiblesse – Les blessures et suspensions de titulaires et joueurs d’importance : Lampard, Cahill, Rooney, Wilshere.
Le joueur clé – Wayne Rooney.
Le boulet – Wayne Rooney et sa suspension pour les deux premiers matchs de l’Euro.

UKRAINE
Force – le soutien du peuple ukrainien.
Faiblesse – le manque d’expérience de grandes compétitions.
Le joueur clé – Anatoliy Tymoshchuk.
Le boulet – Andreï Piatov, titulaire, mais 4ème gardien d’ordinaire.

SUEDE
Force – le milieu de terrain composé de joueurs techniques.
Faiblesse – la défense centrale vieillissante.
Le joueur clé – Zlatan Ibrahimovic.
Le boulet – Johan Elmander, vieillissant et remplaçant.

Coupes du Monde : la long story / les années 2000

Pour la première édition en Asie, les magiciens brésiliens enlèvent le trophée lors du Mondial 2002, grâce notamment à un Ronaldo en état de grâce. L’Italie s’adjuge le titre suprême à Berlin en 2006, face à la France, après une finale épique, lors de laquelle eut lieu le coup de tête le plus célèbre de l’histoire du football.

Corée – Japon 2002 : Le Brésil de Ronaldo reprend ses droits (31 mai – 30 juin 2002)

Equipes présentes : Argentine, Brésil, Uruguay et Paraguay, Costa Rica, Mexique, Etats-Unis, Cameroun, Nigéria, Afrique du Sud, Tunisie, Arabie Saoudite, Corée du Sud, Belgique, Danemark, Allemagne, Angleterre, France, République d’Irlande, Italie, Croatie, Pologne, Portugal, Russie, Suède, Slovénie, Espagne et Turquie.

Pour la première fois de l’histoire, l’organisation du Mondial est confiée à deux pays conjointement et se déroule sur le continent asiatique. De nouvelles nations font leur entrée dans la compétition : l’Equateur, la Chine, la Slovénie et le Sénégal.
Championne du Monde en titre, la France ne marque aucun but, ne prend aucun point. C’est la pire performance réalisée par un champion du Monde sortant. Zinédine Zidane ne participe pas au premier match contre le Sénégal, perdu par les Bleus. Contre le Paraguay, les français ne peuvent faire mieux qu’un match nul. Une défaite contre le Danemark lors du dernier match des poules met fin aux minces espoirs des Bleus.
La grosse surprise vient de la Corée du Sud et des Etats-Unis qui se qualifient aux dépens du Portugal, favori, et de la Pologne. Si les Etats-Unis sont stoppés en quart de finale par l’Allemagne, future finaliste, la Corée du Sud boostée par son public réalise un parcours inattendu. L’équipe surprise d’Asie bat l’Italie en huitième, l’Espagne en quart. L’Allemagne met fin à cette dynamique de victoire. Des soupçons pèsent sur la neutralité de l’arbitrage qui permit à la Corée du Sud d’atteindre les demis. Des actions litigieuses contre le Portugal, l’Italie ou l’Espagne auraient bénéficié à la Corée du Sud.
L’Angleterre sort du groupe de la mort (Suède, Argentine et Nigéria) mais est stoppée par le Brésil en quart de finale. L’Argentine ne se qualifie pas pour les huitièmes.
La Seleção élimine la Belgique – avec l’aide d’un « coup de pouce » de l’arbitre qui refuse aux Belges un but valable – puis l’Angleterre et retrouve en finale l’Allemagne qui doit faire sans son meneur de jeu et buteur Michael Ballack. Ronaldo marque à deux reprises dans la seconde mi-temps (le premier sur une erreur du gardien Oliver Kahn) et devient le meilleur buteur de l’histoire du tournoi avec 16 buts, devant l’allemand Gerd Müller. Le capitaine de la Seleção, Cafu est le seul joueur à disputer trois finales successives. Le Brésil remporte sa cinquième coupe du monde.

Allemagne 2006 : Le Sommermächen de la Squadra Azzura (9 juin – 9 juillet 2006)

Equipes présentes : Costa Rica, Etats-Unis, Mexique, Argentine, Brésil, Equateur, Paraguay, Allemagne, Angleterre, Croatie, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Serbie-et-Monténégro, Suède, Tunisie, Arabie Saoudite, Corée du Sud, Iran, Japon et Australie.

La Coupe du Monde de la FIFA retrouve le continent européen. Le président du comité d’organisation est l’emblématique Franz Beckenbauer.
La France sort des poules de justesse après un début de compétition timide. Mais les Bleus se défont d’adversaires de grande qualité et aux ambitions importantes lors des confrontations directes : ils éliminent une Espagne accrocheuse, puis les magiciens brésiliens et les portugais déterminés qui avaient battu l’Angleterre. Le milieu de terrain Zinédine Zidane laisse parler sa classe et son immense technique, épaulé par des joueurs d’expérience et de talent comme Patrick Viera, Lilian Thuram, Thierry Henry et Franck Ribéry.
L’Allemagne, chez elle, fait un tournoi solide. En quart de finale, elle élimine l’Argentine et se retrouve en demi-finale face à l’Italie. La Squadra Azzura n’a pas survolé le début du tournoi : elle s’est timidement imposée face à l’Australie et l’Ukraine. Mais son réalisme a raison de la Manschaft et elle accède à la finale contre la France, qui se joue à Berlin le 9 juillet 2006. Le mach reste marqué par l’expulsion de Zindédine Zidane, le meilleur joueur de la compétition, suite à un coup de tête sur le défenseur italien Marco Materazzi. Ainsi s’achève une brillante carrière internationale. Le score de 1-1 partout à la fin des prolongations emmène les 2 équipes aux tirs au but. David Trezeguet rate son tir et l’Italie remporte son 4ème titre de champion du monde. Fabio Cannavaro fête sa 100ème sélection avec l’équipe nationale et est désigné meilleur joueur de la compétition juste derrière Zidane.