Archives par mot-clé : Wayne Rooney

Un œil sur…

De l’Angleterre à la Grèce, de Rooney à Govou, un week-end de foot qui s’annonce plus prometteur. Ce qu’il ne faudra pas louper.

Le match du week-end. Manchester City-Arsenal. Le deuxième contre le troisième. 3 points séparent les deux clubs qui jouent gros : c’est l’occasion pour les Gunners de rester dans la course pour le titre. Mais surtout, les petits jeunes d’Arsenal ont des choses à prouver. Malmenés depuis plusieurs saisons par les grosses équipes du championnat, les hommes d’Arsène Wenger doivent saisir l’occasion pour s’imposer face à un gros calibre. Tévez ne l’entendra pas de cette oreille : l’argentin fait un début de saison de grande classe, délivre les siens souvent. Adebayor a fait un retour fracassant en Ligue Europa, inscrivant un triplé contre le Lech Poznan. S’il lui prend l’envie d’aller chambrer ses anciens co-équipiers de Londres, nul doute que le spectacle sera au rendez-vous. Rendez-vous dimanche à 17h.

Le joueur du week-end. Samuel E’too. D’accord, Gareth Bale de Tottenham a inscrit 3 buts « playstation » en 45 minutes contre l’Inter. Chapeau. Mais ce match en Ligue des Champions fut l’occasion pour E’too de briller encore une fois. Alors, juste pour le plaisir, le match contre la Sampdoria (7ème) sera le pretexte pour se délecter devant l’un des meilleurs joueurs africains de tous les temps. Rendez-vous dimanche soir à 20h45.

Le derby du week-end. AEK Athènes contre le Panathinaïkos, le derby d’Athènes. Un choc historique d’autant que les deux équipes sont respectivement 3ème et 2ème. Une rencontre importante pour la suite du championnat, dans les ambiances bouillantes des stades grecs. Boumsong et « Whiskey-coca » (surnom affectueux attribué à Sidney Govou) pour le premier gros derby, dimanche, 19h30.

L’entraîneur du week-end. Claude Puel. Oui, parce que Lyon a beau se ressaisir, Claude n’est pas certain de terminer la saison. Le président Aulas a repoussé l’échéance jusqu’au 27 octobre pour son entraîneur. Certes, Arles-Avignon n’est pas en mesure de menacer l’OL, mais Claude Puel n’est toujours pas en odeur de sainteté. Bon, à suivre pour la stratégie communication du coach, et celle du président, maître en la matière.

La polémique du week-end. Wayne Rooney et Manchester United, ou le jeu du chat et de la souris. Il a dit qu’il voulait partir. Et puis finalement, il a signé un contrat pour 5 ans. Un seul but sur penalty depuis le début de la saison, la Une des tabloïds pour ses frasques extra-conjugales et du coup, le mauvais caractère de Wayne, chahuté par les supporters, reprend le dessus. Le « je t’aime, moi non plus », à la sauce british, semble pourtant terminé. Mouais.

Les mots du Mondial 2010

A la Coupe du monde, il n’y a pas que le football, il y a les bons mots, les mots d’esprit, les traits comiques… Entraîneurs, joueurs et anciens joueurs manient parfois l’ironie et l’humour, se laissent aller à des critiques et constats cinglants. Aperçu.

Cristiano Ronaldo
Cristiano Ronaldo

Oscar Tabarez, comique.
« Selon moi, la France est l’équipe la plus professionnelle de la Coupe du monde ». (3/06/2010)

Christiano Ronaldo, cuisinier.
« Les buts, c’est comme le ketchup : quand ils arrivent, ils viennent tous en même temps. Je ne suis pas préoccupé. Je travaille comme d’habitude. Dieu sait qui travaille et qui mérite. Je suis parfaitement tranquille. » (13/06/2010).

Diego Maradona, piquant.
« La place de Pelé est dans un musée. » (16/06/2010)

Patrice Evra, revanchard.
« Le problème de l’équipe de France n’est pas Anelka mais le traître qui est parmi nous. Il faut éliminer ce traître du groupe. » (20/06/2010)

Franck Ribéry, acteur.
« Bien sûr (le groupe) a explosé. C’est la France qui est en train de souffrir, je suis en train de souffrir. Je le dis honnêtement (…), tout le monde est en train de se foutre de nous dans le monde entier. J’ai les boules, parce que là on ne joue plus au foot ». (20/06/2010)

Wayne Rooney, susceptible.
«C’est bien de voir vos propres fans vous huer» (18/06/2010)

Marcello Lippi, classe.
« Je prends toutes les responsabilités pour ce qui s’est passé, si l’équipe n’a pas réussi un match aussi important, si l’équipe n’est pas capable d’exprimer ses possibilités, c’est que l’entraîneur n’a pas fait ce qu’il fallait, tactiquement, physiquement, ni psychologiquement. Je suis extrêmement désolé pour tous nos supporteurs, pour la Fédération, mais j’ai échoué » (24/06/2010)

Wesley Sneijder, gonflé.
« C’est super d’avoir quelqu’un comme Van Marwijk qui réussit à te donner de la sérénité et qui ne te transmet pas la panique. Après une première période difficile contre le Brésil, nous avons réussi à rester tranquilles. Je préfère avoir Van Marwijk sur le banc, plutôt que deux idiots comme Maradona ou Dunga » (05/07/2010)

Franz Beckenbauer, défenseur.
« L’équipe a prouvé qu’elle avait un avenir. Löw a dés lors encore une mission à remplir. » (10/07/2010)

Johan Cruyff, catalan.
«Le jeu qu’elle a développé contre l’Allemagne le prouve : l’Espagne, qui s’inspire du FC Barcelone, est la meilleure équipe au monde» (9/07/2010)