Archives par mot-clé : Zlatan Ibrahimovic

Les joueurs qui ont marqué 2013

Ribery_Bayern_vs_Hertha

Ils ont brillé en club ou en équipe nationale, battu des records sur ou en dehors du terrain : zoom sur les joueurs qui ont marqué la planète foot en 2013.

Gareth Bale
L’homme qui valait beaucoup d’argent a rejoint le Real Madrid à l’été 2013 après une saison étincelante avec les Spurs de Tottenham au poste de milieu et attaquant de soutient. Il inscrit 21 buts en championnat et est élu meilleur joueur de la saison 2012/2013 et meilleur jeune joueur en Premier League. Acheté par le club madrilène (pour une indemnité de transfert estimé à 91 millions d’euros), il inscrit 9 buts en 15 matchs pour le Real, dont un triplé et une passe décisive contre Valladolid pour clore 2013. Une année rondement menée.

http://youtu.be/A9Za60waXHs?t=1m14s

Diego Costa
Si l’Atletico Madrid (vainqueur de la Coupe d’Espagne 2013) est deuxième du championnat espagnol, à égalité de points avec le Barça et 9 points devant le Real Madrid, il le doit à son buteur brésilien, auteur de 19 buts en 17 matchs. Impérial devant, Diego Costa enchaîne le pions depuis le début de la saison. Il est en tête du classement de meilleur buteur de la Liga et du Soulier d’Or européen, devant Ronaldo et Messi. Il sera peut-être au rendez-vous au Mondial 2014, mais sous le maillot de l’Espagne, puisqu’il a renoncé à jouer avec l’équipe nationale brésilienne.

Zlatan Ibrahimovic
Il a enflammé la Ligue 1 sur le terrain d’abord : capable de débloquer les situations et d’exploits à lui tout seul. Et en dehors du terrain avec des déclarations provocantes. 23 buts en 24 matchs depuis le début de la saison, 35 buts en 46 matchs l’an passé, Zlatan c’est l’homme fort du PSG et du championnat français… mais aussi la Star qui manquera au Mondial 2014.

Robert Lewandowski
2013 est l’année de son éclosion au rang d’attaquant de classe internationale, avec notamment un quadruplé en demi-finale de Ligue des Champions contre le Real Madrid. En novembre 2013, il devient le meilleur buteur polonais de l’histoire de la Bundesliga. Si à Dortmund l’ampleur de son talent et des ses qualités était évident depuis son arrivée en 2010, c’est en 2013 qu’il s’est révélé à l’Europe. Le Bayern Munich ne s’y est d’ailleurs pas trompé en lui faisant signer un contrat de 5 ans. Il rejoindra le meilleur ennemi bavarois en juillet prochain.

Paul Pogba
Il est le Golden Boy 2013 : le meilleur jeune de moins de 21 ans en Europe. 20 ans et déjà une place dans l’effectif de la Juventus de Turin, championne d’Italie. Après un court passage à Manchester United, le milieu français a su s’imposer en Série A : technique, physique, il est capable de récupérer de nombreux ballons dans l’entre-jeu, de se projeter en avant et d’aller marquer des buts – et des beaux. Paul Pogba remporte en 2013 la Série A, la Supercoupe d’Italie et est sacré Golden Boy. Le sélectionneur de l’équipe de France le titularise lors des qualifications pour le Mondial 2014 et il réalise de bonnes performances. Prometteur pour 2014.

Franck Ribéry
Ballon d’or ou pas Francky? Réponse le 13 janvier mais pas besoin d’attendre jusque là pour savoir que l’international français et attaquant du Bayern a réalisé sa saison la plus aboutie en club et a retrouvé des couleurs sous le maillot tricolore. Champion d’Allemagne avec le Bayern Munich, vainqueur de la Coupe d’Allemagne, de la Ligue des Champions, de la Supercoupe d’Allemagne et d’Europe et de la Coupe du Monde des clubs : Ribéry a tout gagné avec son club en s’imposant comme un joueur indispensable à l’équipe. Il verra le Brésil cet été, en forme, avec ou sans Ballon d’Or.

Cristiano Ronaldo
Il est dans le trio des finalistes pour l’élection au Ballon d’Or 2013. Sans avoir remporté de compétitions en club, il a quand même battu le record du nombre de buts inscrits en Ligue des Champions avec 12 réalisations. Et puis à lui seul, il qualifie le Portugal pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil lors de deux matchs de barrage contre la Suède : Ronaldo marque les 4 buts portugais, dont un triplé en Suède. Il égale ainsi le record de buts en sélection nationale, détenu par Pauleta avec 47 buts. Pas sa meilleure année, mais une belle année.

Luis Suarez
Suspendu en 2012 par la Fédération Anglaise pour avoir été reconnu coupable d’avoir tenu des propos racistes à l’encontre de Patrice Evra, surnommé « le cannibal » après qu’il ait mordu Ivanovic lors d’un match contre Chelsea en 2013, Luis Suarez divise profondément sur sa personnalité. Concernant son talent en revanche, il conviendrait d’être unanime : le « sale type » a inscrit 20 buts en 15 matchs depuis le début de la saison et 23 buts en 33 matchs la saison dernière. Si Liverpool pointe en haut du championnat anglais, c’est grâce à lui. L’attaquant uruguayen a réalisé sa plus belle (et controversée) année en 2013. Plutôt réjouissant à la veille d’une Coupe du Monde.

http://youtu.be/g9jbE62Vaz8?t=6m15s

Robin Van Persie
Il est l’un des principaux artisans de la très bonne saison de Manchester United en 2013 : champion d’Angleterre et vainqueur du Community Shield. L’attaquant néerlandais s’est rapidement imposé dans l’équipe d’Alex Ferguson en inscrivant 26 buts en 38 matchs lors de la saison 2012/2013, décrochant ainsi le titre de meilleur buteur de Premier League. Robin n’a pas raté son transfert, ni son année 2013 qui l’a vu s’imposer comme l’attaquant de pointe indispensable au Red Devils.

PSG : les hommes du titre

Après 19 ans d’attente, le PSG décroche son 3ème titre de champion de France. Le club de la capitale continue d’écrire son histoire, comme au temps des deux premiers titres de champion (1986 et 1994). Aux joueurs et dirigeants qui font déjà partie de la légende du club (Francis Borelli, Safet Susic, Luis Fernandez, George Weah, Vincent Guérin, Alain Roche, Bernard Lama, David Ginola… ) s’ajoutent ceux du cru 2013, qui entrent dans l’Histoire du PSG. Zoom sur les principaux artisans du titre.

Carlo Ancelloti
Expérience, rigueur tactique, capacité à gérer les grands joueurs : Carlo Ancelloti a apporté son savoir-faire acquis pendant ses années d’entraîneur dans des grands clubs (Juventus, Milan AC, Chelsea) et dans les grandes victoires européennes. Entre coups de gueule après des défaites évitables face à des joueurs qu’il fallait recadrer, et éloges devant les qualités individuelles à la sortie des bons matches, Carlo Ancelloti a su emmener le PSG au titre. Les ego des uns, l’impatience des autres n‘auront empêché Carlo de garder le cap. Emu hier, il n’a pas affirmé qu’il restait, ni qu’il partait. Quelle que soit l’issue, il restera toujours le leader de ce troisième titre.
carlo-ancelotti-l-entraineur-du-psg

Leonardo
Il a énervé, agacé, étonné, innové, critiqué depuis son arrivée comme directeur sportif au PSG, après la prise de fonction des qataris. Leonardo a permis au club de faire venir de grands joueurs, d’aller chercher des talents italiens : son réseau est immense, autant que son caractères est impétueux. Admiré ou détesté, force est de constater que la victoire du PSG d‘aujourd’hui est celle d’une politique menée depuis deux ans. Avec Leo sous le feu des projecteurs.
img-leonardo-psg-1355823028_620_400_crop_articles-164914

Zlatan Ibrahimovic
C’est une – bonne – habitude pour le Suédois : partout où il passe, il remporte le championnat national. L’Ajax, l’Inter Milan, le Barça, le Milan AC et maintenant le PSG. Buteur, passeur et porte-bonheur donc, Zlatan a montré à la Ligue 1 l’étendue de son talent et à la France l’immensité de son charisme. Une marionnette aux Guignols, un verbe – zlataner – entré dans le vocabulaire : il impressionne par sa force mentale et agace par sa suffisance. Son nom est évoqué à la Juventus, mais son agent annonce au lendemain du titre qu’il reste dans la capitale. Quoiqu’il advienne, Zlatan fait déjà partie de la légende du PSG.
125020-zlatan-ibrahimovic-sortira-en-fevrier-650x0-1

Thiago Silva
Il est arrivé discrètement sur les terrains de Ligue 1. Le défenseur brésilien est comme ça : discret, mais d’une efficacité diabolique en défense centrale. Une muraille que peu d’attaquants sont parvenus à franchir. Meilleur défenseur de Ligue 1, sans conteste, Thiago Silva, c’est le joueur ultra-complet qui a tenu la défense du PSG. Il était à Milan l’an passé, il a ébloui la France et l’Europe de son talent, le Real Madrid aurait un œil sur lui lors de cette fin de saison. Le PSG doit beaucoup au patron de la défense cette saison, l’une des meilleurs qu’un défenseur n’ait jamais réalisée au PSG.
TSinfo_1363469521

Salvatore Sirigu
Pas de beaux champions sans grand gardien et le PSG ne déroge pas à la règle. L’ancien portier de Palerme n’aura pas eu besoin de beaucoup de temps pour s’imposer dans les cages : dès son arrivée la saison passée, il prend la place de Nicolas Douchez venu pourtant de Rennes pour être titulaire. Des arrêts de grande classe, une présence indiscutable et une mentalité de vainqueur : Sirigu a de nombreuses fois permis au PSG de prendre des points et s’est imposé comme le meilleur gardien du championnat de France. Le probable successeur de Buffon en sélection italienne, s’il reste dans la capitale pour les saisons à venir, pourrait bien devenir l’un des meilleurs gardiens de l’histoire du club.

Transferts : c’est fait !

Les championnats ne sont pas encore terminés, les finales de coupes d’Europe ne sont pas encore jouées : pourtant, les rumeurs et les faits avérés de transferts vont déjà bon train. Un point sur les prochains départs et futures arrivées déjà actés.

Le style Barça de Guardiola à Munich.
Le style Barça de Guardiola à Munich.

Pep Guardiola
L’espagnol a pris une année sabbatique, histoire de décompresser un peu avant de rejoindre le banc d’un possible champion d’Europe : le Bayern Munich. C’est officiel et acté depuis des mois. Celui qui a contribué à créer la légende du FC Barcelone d’Iniesta, Xavi et Messi se prépare à relever un nouveau défi, de taille : le club bavarois est une véritable institution, avec dans les instances dirigeantes des anciens cadres de caractère du football allemand. Le Bayern Munich a survolé la Bundesliga et fait figure d’ogre en Europe : pas simple.

José et Chelsea : a true story.
José et Chelsea : a true story.

José Mourinho
A peine l’élimination madrilène effective en demi-finale de la Ligue des Champions que le « special one » annonce son départ du Real Madrid, vers un endroit « où on l’aime ». Comprendre : les Blues de Chelsea que José a entraîné de 2004 à 2007 et avec lesquels il a remporté deux championnats, deux Coupes de la Ligue et une Cup. Le Portugais n’a jamais caché son attachement au club londonien qu’il a toujours rêvé de retrouver. Rien d’officiel avant le 1er juillet, certes, mais le retour de José à Londres n’a jamais été aussi proche.

Fernandez pour faire oublier Girard.
Fernandez pour faire oublier Girard.

Jean Fernandez
L’ancien entraîneur d’Auxerre et Nancy sera la saison prochaine sur le banc de Montpellier. Une fin de cycle pour le club de l’Hérault avec le départ de René Girard et l’arrivée de ce baroudeur de Ligue 1 qui a trouvé un accord avec le président Nicollin. C’est officiel depuis fin avril : un contrat de deux saisons a été signé, avec une prise de fonction prévue en juillet prochain.

Zlatan regarde ailleurs.
Zlatan regarde ailleurs.

Zlatan Ibrahimovic
La Juventus est évoquée pour accueillir Zlatan, mais rien d’officiel pour le moment. En revanche, la star parisienne a déclaré – après le match contre Evian – vouloir quitter le PSG à la fin de la saison. Les journaux italiens rapportent dès la fin du mois d’avril les modalités de contrats que préparerait la Vieille Dame pour accueillir l’attaquant suédois. Un petit tour en Ligue 1 et puis s’en va Zlatan.

De Dortmund au Bayern en passant par une finale de LDC.
De Dortmund au Bayern en passant par une finale de LDC.

Mario Götze
La jeune prodigue allemand, milieu offensif du Borussia Dortmund, a signé un contrat avec le Bayern Munich, le meilleur ennemi, pour la saison prochaine. Un transfert officiellement annoncé avant la demi-finale de LDC par le club bavarois, histoire de mettre un peu la pression sur Dortmund. Mais rien n’y a fait et les deux équipes s’affronteront en finale le 25 mai prochain. Mario s’en ira ensuite en Bavière pour se faire une place dans l’effectif pléthorique et talentueux de Munich, en vue peut-être de remplacer Robben ou Ribéry dans un futur plus ou moins proche.

Ils vont tout casser

Révélation d’un talent ou apogée d’une carrière : l’Euro 2012 sera l’occasion pour certains joueur de se montrer et d’éclore, pour d’autres d’ajouter la ligne qui manque à leur palmarès et d’atteindre l’apogée de carrières déjà bien remplies en club. Trombinoscope de ces joueurs qui vont marquer la compétition.

Olivier Giroud – 26 ans
Joker de luxe en pointe de l’équipe de France, inconnu sur la scène mondiale, le meilleur buteur de Ligue 1 et champion de France pourrait se faire un nom parmi les grands. S’il reste sur la dynamique de cette année, le succès à l’Euro 2012, même en remplaçant de Benzema, lui tend les bras.

Zlatan Ibrahimovic – 30 ans
Buteur de caractère, le Sudéois est sans aucun doute le meilleur joueur de son équipe et le plus expérimenté. En club, il gagne partout où il passe. Contesté pour ne pas être à son niveau lors des grands rendez-vous, il pourrait profiter de cet Euro pour mettre le feu à l’attaque de la Suède.

Cristiano Ronaldo – 27 ans
C’est sur lui que repose le salut de l’équipe portugaise. Une saison immense avec le Real Madrid et une expérience en équipe nationale longue maintenant de 10 ans : Cristiano Ronaldo est attendu au tournant lors de l’Euro. Sauf grosse tuile, il répondra présent.

Mario Götze – 20 ans
Un petit tour et puis s’en va en Ligue des Champions : pas le temps de montrer de quoi il est capable. Mais pétri de talent, le milieu offensif de Dortmund est déjà sollicité par des grands clubs, même si sa carrière ne fait que commencer. Si Löwe le titularise, il se montrera enfin.

Robin Van Persie – 28 ans
Il a sauvé Arsenal en début de saison de la catastrophe et a porté l’équipe londonienne pendant tout le championnat jusqu’à une étonnante 3ème place. Elu joueur de l’année en Angleterre, il remporte le titre de meilleur buteur avec 30 réalisations. Titulaire incontestable de l’équipe des Pays-Bas, son aisance technique devrait lui permettre de briller en Pologne et en Ukraine.

Mario Balotelli – 21 ans
L’enfant terrible du football italien est champion d’Angleterre avec Manchester City. Même s’il a fait des siennes cette année encore, il a répondu présent sur le terrain et a pris une part active dans la victoire finale. Le sélectionneur italien lui fait confiance. Plus apaisé cette année, il pourrait faire parler sa force et son talent et la Squadra Azzurra en a bien besoin.

Alan Dzagoev – 21 ans
La Russie avait créé la surprise lors de l’Euro 2008 en se hissant jusqu’en 1/2 finale. Certains observateurs pensent qu’il pourrait en être de même cette année, grâce à une jeune génération de joueurs talentueux évoluant en Russie dont Alan Dzagoev, milieu de terrain du CSA Moscou, fait partie. Elu meilleur espoir de Russie en 2008, c’est le bon moment pour s’imposer, malgré son jeune âge.

Christian Eriksen – 20 ans
Danois et prodige. Convoité par Chelsea et Barcelone, il décide de signe à l’Ajax d’Amsterdam et y réalise des saisons de qualité. Milieu offensif considéré comme l’un des plus grands talents depuis les frères Landrup, le jeune prodige pourrait s’illustrer contre les grandes nations que rencontrera le Danemark lors des poules.

Wojciech Szczesny – 22 ans
Arsenal a mis du temps à trouver un gardien titulaire et solide, mais c’est chose faite avec Wojciech Szczesny, titulaire dans les cages de l’équipe de Pologne. Son inexpérience et sa jeunesse sont compensées par son talent et son audace. L’occasion lui est donnée d’aller se mesurer aux plus grands gardiens d’Europe.

Un œil sur… Spécial Calcio

Ce week-end en Italie, les 6 premiers de la série A s’affrontent. Trois matchs de folie qui pourraient marquer un tournant dans la saison 2010-2011. Des chocs de toute beauté dans un championnat en demi-teinte qui peine à retrouver son éclat : suivez le guide pour un petit week-end en Italie…

Le match de week-end. Juventus de Turin – AC Rome. Le 5ème contre le 6ème. La Juventus de Turin, aussi irrégulière qu’impressionnante, contre l’AS Rome, partie de loin, restée longtemps dans le bas du tableau et tout juste de retour dans le haut de la Série A. Un choc de légende : Del Piero VS Totti, deux joueurs mythiques du Calcio et de l’Italie qui n’ont toujours pas raccroché les crampons. Ce sera aussi l’occasion de voir Mexès qui revient comme titulaire dans son club et en équipe de France, et de comprendre pourquoi Jérémy Ménez n’est pas dans la liste de Laurent Blanc. Rendez-vous samedi, 20H45.

Le derby du week-end. Inter Milan – AC Milan. Le derby de Milan sera bouillant. L’Inter pointe à la 4ème place et ce n’est pas habituel. Le Milan AC est 1er et ce n’est plus habituel non plus. Ce sont certainement parmi les joueurs offensifs les plus talentueux du monde qui seront présents sur la pelouse dimanche soir à 20H45 : Samuel E’too, Diego Milito, Wesley Sneijder, Zlatan Ibrahimovic, Robinho, Ronaldinho.

Le joueur du week-end. Zlatan Ibrahimovic. On connaît le caractère trempé du suédois, ses coups de gueule et sa certitude insolente. S’il est capable de gestes extraordinaires, s’il sent le football dans ses prises de balles, ses contrôles, ses frappes, il n’est pas aux rendez-vous dans les gros matchs. Il a l’occasion de se distinguer ce week-end et de conforter son club en tête du championnat.

La polémique du week-end. Roberto Cassano. L’enfant terrible du football italien aurait pu avoir une carrière incroyable. Mais El Pibe de Bari – surnom qui en dit long sur son talent – est plus connu pour ses frasques, ses coups de sang et ses pétages de plomb. Après le Bari, le Real Madrid, l’AS Rome, il semblait avoir retrouvé la stabilité à la Sampdoria de Gênes et son talent. Mais il a pété les plombs : une procédure de licenciement est engagée contre lui, après qu’il a insulté son président. Malgré des excuses, des tentatives pour recoller les morceaux, Cassano a laissé passer une nouvelle chance. La Série A perd son bad boy. RIP.

L’entraîneur du week-end. Rafael Benitez. Il est parti de Liverpool, après quelques belles années mais des derniers mois délicats. Il succède à Mourinho à l’Inter qui a remporté 3 titres. Pas facile donc pour l’espagnol de s’imposer dans un club où le droit à l’erreur n’est pas permis. Certains observateurs italiens critiquent les entraînements trop physiques qui fatiguent les joueurs, jusqu’à faire planer des doutes sur les nombreuses blessures. Rafael Benitez n’aura pas vraiment le droit à l’erreur contre les ennemis de l’AC Milan, au risque de passer un hiver très moyen.